Découvrez l'interview Chérie FM cinéma de Virginie Efira — "Adieu les cons"

Suze et JB à la recherche d’un enfant né sous X

Albert Dupontel: «Vivre, c'est apprendre à mourir, disait Montaigne»

Suze Trappet est chez son médecin. Celui-ci regarde avec elle les radios de ses poumons. Albert Dupontel serait-il devenu plus sage?

Comme à l'accoutumée, Dupontel nous propose une histoire burlesque qu'il parvient à raconter avec une mise en image toujours aussi maîtrisée.

Trois ans après le succès d'Au revoir là-haut, maîtresse adaptation du roman de Pierre Lemaitre, voici donc Adieu les cons, une comédie (noire) particulièrement inspirée, inscrite dans les plis d'une société toujours plus déshumanisée. Et puis JB (Albert Dupontel, impeccable), un fonctionnaire du ministère de l'Intérieur au zèle dépressif qui, ayant vu la promotion attendue lui passer sous le nez, entreprend de se suicider, pour mieux se louper cela va sans dire. Il faut aussi rendre hommage à la façon dont le réalisateur arrive à mixer les genres sans jamais perdre le sens et le fil de son récit, un talent rarissime au cinéma. Et cerise sur le gâteau, il arrive même à parler de sujets graves -les enfant sous X- tout en saupoudrant le tout d'un humour noir et critique. "C'est un film très riche", confie Virginie Efira. Le réalisateur - acteur était à Angoulême pour présenter son film en avant-première au FFA.

Dernières nouvelles