Lacoste arrête sa collaboration avec Roméo Elvis

4 femmes ont porté plainte contre Moha La Squale et le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences", "agression sexuelle" et "séquestrations". Roméo Elvis a lui été pointé du doigt sur les réseaux sociaux par une femme, qui l'a également accusé d'agression sexuelle. "Ce n'est pas ce qui se passe actuellement en France avec certains d'entre eux et nous le regrettons profondément", a indiqué Lacoste dans un communiqué. Dans les colonnes de 20 Minutes, l'entreprise énonce notamment des "valeurs qui ne correspondent plus avec l'image de Lacoste" et "que la marque ne peut pas cautionner".

En ce qui concerne Roméo Elvis, "nous ne prolongerons pas son contrat ", a indiqué un porte-parole, sans plus de détails.

En dépit de ses "ratés" avec le monde du rap français, la marque affirme qu'elle continuera à "s'associer à des ambassadeurs aux parcours variés" et qu'elle condamnera "systématiquement toute attitude contraire avérée aux valeurs de respect et de tolérance qui sont les nôtres", a indiqué Lacoste à BFM Business, confirmant une information délivrée plus tôt par le site de 20minutes. "Nous condamnons absolument toute forme de violence, de harcèlement et d'agressions". Une quatrième plainte a été déposée le 11 septembre.

Roméo Elvis, 27 ans, s'est excusé au début septembre sur les réseaux sociaux pour avoir "utilisé [ses] mains de manière inappropriée sur quelqu'un", croyant répondre "à une invitation qui n'en était pas une". "Ce qui est trop souvent vu comme un acte banal est une erreur à ne pas faire", ajoutait le rappeur belge avant de conclure: "Je ne suis pas fier de cette situation et espère servir d'exemple à ne pas suivre".

"(Roméo Elvis) m'a agressée sexuellement #balancetonrappeur", pouvait-on lire sur une story d'un compte ne permettant pas d'identifier l'autrice.

Dernières nouvelles