Ligue 1 : le Conseil d'Etat rejette le recours de l'OL

Le Conseil d'Etat rejette le recours de l'OL. AFP

Prochain article Article précédent Pin Le Conseil d'Etat rejette le recours de l'OL. AFP Whatsapp Twitter Facebook Commentaires 0

Une décision qui concerne également l'Olympique lyonnais, qui s'estime injustement privé de Coupe d'Europe, mais aussi Ajaccio, Troyes et Clermont, privés de play-offs d'accession en Ligue 1. Dans ces décisions détaillées de seize pages, le Conseil d'État a expliqué la décision du 30 avril de mettre fin prématurément à la saison dans le cadre d'une urgence sanitaire que "Le Conseil d'Administration de la LFP pouvait légalement considérer qu'il convenait d'abroger le règlement des championnats organisés par la Ligue en interrompant les compétitions avant la fin normale de la saison".

Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi le recours de l'OL intenté au printemps dernier pour contester l'arrêt du championnat de France dicté par la LFP face à la crise sanitaire.

"Parmi les arguments développés, le Conseil d'État a décidé d'arrêter le classement après 73% des matches disputés cette saison (soit 28 jours pratiquement terminés) ".Il ne découle pas de l'erreur manifeste de prédiction, y compris de l'objectif d'équité et d'intégrité des événements sportifs", Quand il est détecté " D'autres solutions sont possibles". Dans un communiqué diffusé ce vendredi soir, le club rhodanien "prend acte" de ce jugement, mais "confirme sa volonté de poursuivre exclusivement son recours indemnitaire contre la Ligue de Football Professionnel ".

Le conseil d'État rejette les recours des clubs sur l'arrêt anticipé de la L1 et de la L2
Débouté par le Conseil d'Etat, l'OL en remet une couche - Football.fr

"Le Conseil d'Etat a souligné l'appel des 7e Leonis olympiques lors de l'arrêt en L1 et s'est montré très fort contre les décisions prises par la LFP et la FFF.Contrairement aux arguments, il n'est pas établi que le choix a été fait dans l'intention d'infliger une amende au club olympique lyonnais".

Il rappelle que cette décision d'interrompre définitivement le championnat a bien été prise par le Conseil d'Administration de la LFP, et non par l'État. "La situation actuelle est là pour en attester l'importance et tous les clubs peuvent en mesurer les conséquences économiques désastreuses", insiste le club de Jean-Michel Aulas.

Le récent demi-finaliste de la Ligue des champions continue de penser que " la L1 aurait pu également être mené à son terme, à l'instar de ce qui s'est passé dans la plupart des championnats européens et en particulier dans les quatre plus grands ". En effet, la finale de la Coupe de la Ligue s'est jouée le 31 juillet, sans que la LFP n'y oppose de décision contraire. La finale de la Coupe de France s'était déjà déroulée le 24 juillet sans émouvoir personne. "Dans le contexte de la deuxième vague, on peut d'ailleurs s'interroger: pourquoi la LFP n'arrête-t-elle pas à nouveau le championnat comme elle l'a déjà fait en avril?"

Dernières nouvelles