Le président Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français

Le ton monte entre le président turc et le président français

Le ton monte entre le président turc et le président français. MAXPPP- LUDOVIC MARIN

"Les propos adressés par le président Erdogan au président Macron sont inacceptables", a aussi écrit le patron du gouvernement italien Giuseppe Conte en français sur son compte Twitter. Et on se souvient qu'en novembre 2019 Emmanuel Macron ayant décrété l'OTAN en "mort cérébrale", le président Erdogan avait repris la formule pour juger son homologue français.

"Surtout ne prêtez pas attention aux marques français, ne les achetez pas", a affirmé le président de la Turquie. Ces appels au boycott viennent à la suite des propos d'Emmanuel Macron sur la place de la religion musulmane en France mais aussi de la publication des caricatures du prophète par une grande partie de la presse française.

Une telle annonce a été faite après l'attaque terroriste qui a coûté la vie au professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, retrouvé décapité non loin du collège où il enseignait, après avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression.

"De son côté, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié les propos de M. Erdogan d' "inacceptables ". "Les Pays-Bas défendent résolument aux côtés de la France les valeurs communes de l'UE".

Les appels au boycott se sont aussi multipliés: dès samedi soir, des produits français ont été retirés des rayons de supermarchés à Doha, au Qatar.

"Sur les réseaux sociaux, les Jordaniens ont lancé une campagne utilisant les hashtags "#Our Prophet is a red line" (Le prophète est notre ligne rouge), ou "#France Boycott", et publient des vidéos de restaurants et supermarchés où les produits français ont été remplacés par des articles provenant d'autres pays.

"Il n'est pas question de céder au chantage", a dénoncé Geoffroy Roux de Bézieux, le chef du Medef, le principal syndicat patronal en France, appelant les entreprises françaises à faire passer leurs "principes" avant les affaires.

Plusieurs dizaines de petits sites internet français ont par ailleurs été touchés par une vague de piratages informatiques lundi consistant à leur faire afficher des messages de propagande islamiste. "Pour la liberté d'expression et contre l'extrémisme et le radicalisme", a-t-il tweeté.

Les entreprises de l'agroalimentaire, du luxe et des cosmétiques pourraient être particulièrement touchées dans les pays du Maghreb et du Proche et Moyen Orient.

Dimanche, la France a appelé à faire "cesser immédiatement" les appels au boycott, estimant qu'ils sont "sans aucun objet". "Rien ne nous fera reculer, jamais".

Outre M. Erdogan, plusieurs responsables politiques dans le monde musulman ont également critiqué M. Macron.

Dernières nouvelles