Le travail "pourra continuer" mais avec un "télétravail à nouveau généralisé" — Reconfinement

France : Nouvelles mesures d’Emmanuel Macron attendues mercredi à 20 heures

Reconfinement : dès jeudi 29 octobre 2020 et pour tout le monde ? - EconomieMatin

Face à l'évolution " exponentielle " de l'épidémie de Covid-19 sur le territoire, Emmanuel Macron aurait donc choisi la solution la plus radicale, alors qu'il ne voulait pas en entendre parler jusqu'à présent. Ce confinement sera adapté.

"Comme tous nos voisins, nous sommes submergés par l'accélération soudaine de l'épidémie", a souligné mercredi 28 octobre le chef de l'Etat. "Débordés par une deuxième vague qui sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première". Il est prévu pour durer au moins jusqu'au 1er décembre. Le président a toutefois ajouté que le travail "pourrait continuer".

Les écoles, les collèges et les lycées vont rester ouverts et accueillir les enfants sous couvert d'un protocole sanitaire renforcé. L'idée, c'est à la fois du télétravail généralisé, les écoles resteraient ouvertes [.] L'idée qui prévaut, c'est que l'économie puisse tourner autant que faire se peut. "C'est le retour de l'attestation", prévient le président. Je sais que beaucoup de commerçants espéraient ne pas fermer, je sais que pour les commerces de centre-ville, je demande un très gros effort: tenons-le avec beaucoup de rigueur pendant quinze jours (et) si d'ici quinze jours, nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël. "L'application TousAntiCovid sera un instrument de la sortie du confinement".

Des projections alarmantes de l'Institut Pasteur, remises à jour lundi et d'après lesquelles 98% des lits de réanimation seraient occupés à la date du 6 novembre par des patients Covid, ont nourri les conseils de défense qui se sont déroulés mardi et mercredi matin, selon Les Echos. Le président a expliqué pourquoi il a privilégié ce choix à celui de l'immunité collective, qui aurait supposé de déplorer 400 000 morts supplémentaires, ou à celui du confinement des seules personnes à risque, difficile à mettre en œuvre en raison de l'assistance dont ces personnes ont besoin, et qui reviendrait à exposer aussi les populations les moins à risque, mais également susceptibles de développer des formes graves.

Le Premier ministre Jean Castex détaillera l'ensemble des mesures jeudi à 18h30. Certains services publics comme La Poste et Pôle emploi continueront à fonctionner, et "l'activité va se poursuivre plus activement dans certains secteurs d'activité comme les guichets, le BTP". L'arsenal des aides allouées aux entreprises devrait être précisé ce jeudi par le gouvernement.

Sont concernés les commerces alimentaires ou ceux ayant un lien avec la santé.

"Le sentiment qu'on a, c'est que ça va durer quelques semaines et que le gouvernement essaie de trouver les moyens de préserver les écoles, les services publics" et "de maintenir un semblant de vie économique pour éviter une catastrophe", a résumé François Baroin, président de l'Association des maires de France.

C'est la principale différence avec le confinement du printemps dernier.

Les déplacements entre régions seront interdits et un couvre-feu sera instauré dans toute la France. Idem pour la fréquence des bus, sauf pour "les lignes de bus les plus fréquentées et des lignes desservant les hôpitaux". L'offre du métro passera "à environ un métro sur deux".

Dernières nouvelles