BLM Un Afro-Américain tué par la police à Philadelphie

Philadelphie arrestations et pillages après la mort d’un homme noir tué par la police

Manifestation à Philadelphie après la mort d'un homme noir abattu par des policiers le 27 octobre 2020 en Pennsylvanie A

L'homme identifié comme, M. Wallace Jr, âgé de 27 ans, a été tué dans le quartier de West Philadelphia, en Pennsylvanie. "Sa mère était en train d'essayer de calmer la situation, " a-t-il confié au journal Philadelphia Inquirer en se demandait "pourquoi n'ont-ils pas utilisé un Taser?"

A en croire le père de la victime, Walter Wallace Sr, son fils avait des problèmes psychologiques et était sous traitement. "J'ai vu la vidéo de cet incident tragique, et elle soulève des questions difficiles auxquelles il faudra répondre", a-t-il réagi dans un communiqué.

Plus de 90 arrestations ont été effectuées et 30 policiers ont été blessés, dont un à la jambe cassée après avoir été heurté par une camionnette.

La plupart de leurs blessures viennent de projectiles, notamment des briques, lancées par les manifestants. Les autorités ont déclaré que plusieurs véhicules de police et bennes à ordures avaient été incendiés.

La police de la ville a prévenu sur Twitter qu' "une foule importante " d'environ 1.000 personnes s'en prenait à des commerces dans le nord-est de " Philly ". En début de soirée mardi, ils étaient un peu plus d'un millier à marcher, avant d'être stoppés par la police, qui avait établi un cordon.

Trente policiers ont été blessés, dont plusieurs ont été hospitalisés, a rapporté la police de Philadelphie à l'AFP.

En plusieurs endroits, la police est intervenue sans sommation pour disperser ces petits groupes, parfois à coups de matraques, et a procédé à plusieurs interpellations.

Philadelphie arrestations et pillages après la mort d’un homme noir tué par la police
Nuit d'émeutes à Philadelphie après la mort d'un Afro-américain armé d'un couteau, tué par la police

Mardi, le bureau du gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolf, a annoncé le déploiement de plusieurs centaines de soldats de la Garde nationale dans la ville "pour protéger le droit de se rassembler et de manifester pacifiquement tout en assurant la sécurité des gens".

La question des violences policières envers la communauté afro-américaine est revenue au coeur de l'actualité aux Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, mort asphyxié sous le genou d'un policier lors de son interpellation à Minneapolis en mai dernier, ce qui a relancé le mouvement "Black Lives Matter".

Le maire démocrate Jim Kenney s'est montré inquiet de la montée des tensions, mais il a tenu à faire la distinction entre "les manifestants pacifiques" et "le vandalisme et le pillage".

Si les violences se poursuivaient dans les prochains jours, la situation à Philadelphie pourrait devenir un sujet central de cette fin de campagne présidentielle.

Donald Trump et les républicains ont fait de la montée de la criminalité dans les grandes métropoles - souvent gérées par des démocrates - un argument contre Joe Biden.

LIRE AUSSI Violences policières: que change vraiment le décret signé par Donald Trump? Nous nous tenons prêts à déployer des ressources fédérales, si besoin.

Dernières nouvelles