" Charlie Hebdo " bientôt poursuivi en France — Caricatures

Le Conseil des sages musulmans attaque Charlie Hebdo en justice

Le Conseil des Sages musulmans va porter plainte contre Charlie Hebdo

Le contraste est saisissant.

Le Conseil de sages musulmans, un organisme indépendant basé à Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, a tenu une réunion d'urgence lundi, présidée par le grand cheikh Ahmed al-Tayyeb d'Al-Azhar, pour discuter de la poursuite en justice du magazine satirique Charlie Hebdo pour des représentations offensives de caricatures du Prophète Mohammed ﷺ. Le conseil qui regroupe des dignitaires musulmans de divers pays, a décidé d'après un tweet sur le compte de al-Azha de "mettre en place un comité de juristes internationaux pour poursuivre en justice Charlie Hebdo ".

Mais le conseil, présidé par le grand imam d'Al-Azhar, va plus loin, affirmant qu'il envisage également de "poursuivre en justice quiconque offense l'islam et ses symboles sacrés ".

Alors que la France défend la liberté de publier des caricatures, comme faisant historiquement partie de la culture du pays, l'instance musulmane " rejette vivement l'usage de la liberté d'expression comme prétexte pour porter atteinte au prophète de l'islam ".

La réunion a également discuté de ce que la déclaration décrit comme une "campagne systématique récente visant l'Islam et son Saint Prophèteﷺ ".

Cette crise intervient après que le président français, Emmanuel Macron, a promis de ne pas " renoncer aux caricatures " du prophète Mahomet lors d'un hommage au professeur Samuel Paty, décapité le 16 octobre près de Paris par un extrémiste islamiste, après avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet à l'occasion d'un cours sur la liberté d'expression.

Les déclarations de M. Macron ont déclenché une vague de critiques dans plusieurs pays musulmans, où des manifestations ont eu lieu pour les condamner. Leur parole n'a de valeur qui si elle est largement relayée et difusée sur Internet.

Dernières nouvelles