La récession plus grave que prévu, annonce Bruno Le Maire — Reconfinement

Bruno Le Maire ministre de l'Economie

Bruno Le Maire ministre de l'Economie. AFP

Malgré tout, le gouvernement semble avoir réussi son pari: Bruno Le Maire a annoncé que si durant le premier confinement la France avait connu " une chute d'activité de 30% ", "avec toutes les dispositions que nous avons prises, avec les mesures de soutien, avec les mesures d'accompagnement, de simplification en particulier pour le bâtiment et les travaux publics, nous visons un ralentissement de l'activité moitié moindre, de 15% ".

Rétablissement immédiat donc de la cellule économique mise en place au mois de mars, et reprises des discussions hebdomadaires avec la grande distribution, les banques et les secteurs industriels "pour ajuster les dispositifs si nécessaire", le tout adoubé par l'Europe, nouveau périmètre d'action d'une stratégie économique calquée sur celui du virus. "Je pense notamment aux 200 000 entreprises qui seront contraintes de fermer", a lancé le ministre de l'Économie.

"Toutes les entreprises et tous les commerces fermés par décision administrative pourront recevoir une indemnisation pouvant aller jusqu'à 10.000€ pour les entreprises non plus jusqu'à 10 salariés, mais jusqu'à 50, peu importe le secteur d'activité ou la localisation géographique".

Désormais accessible aux entreprises de moins de 50 salariés sur l'ensemble du territoire, il compensera la perte de chiffre d'affaires jusqu'à 10000 euros pour l'ensemble des entreprises fermées, ou pour celles des secteurs du tourisme et activités connexes (restauration, événementiel, culture, etc.) dont le chiffre d'affaires baissera d'au moins 50 % par rapport à la même période de 2019. Ce montant sera plafonné à 50 k€ pour les PME de cinquante salariés ou moins.

Dans les secteurs du tourisme, de l'événementiel/communication, de la culture, du sport, et secteurs liés, les entreprises qui restent ouvertes mais perdent plus de 50 % de leur chiffre d'affaires pourront profiter d'exonérations de cotisations sociales, patronales et salariales. Les prélèvements des travailleurs indépendants pourront être suspendus.

Les PGE et prêts directs de l'Etat? A noter que les entreprises françaises pourront contracter un Prêt garanti par l'Etat jusqu'en juin prochain. " Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront demander un nouveau différé de remboursement d'un an, soit deux années au total de différé au lieu d'un an comme c'était le cas auparavant ", a annoncé Bruno Le Maire. Ces prêts d'Etat pourront atteindre jusqu'à 10 000 € pour les entreprises de moins de 10 salariés et 50 000 € pour les entreprises de 10 à 49 salariés. Bercy annonce une exonération totale pour toutes les entreprises fermées administrativement le temps du confinement, et qui ont moins de 50 salariés. Au-delà de 50 salariés, l'Etat pourra accorder des avances remboursables, "plafonnées à trois mois de chiffres d'affaires ". Nous avons pris l'engagement de régler cette question et nous introduiront dans le projet de loi de finances 2021 un crédit d'impôt incitant les bailleurs à annuler les loyers.

Afin d'inciter les propriétaires de locaux commerciaux à faire preuve de solidarité avec leurs locataires, ceux qui renonceront à "au moins un mois de loyer" entre octobre et décembre pour certaines entreprises bénéficieront d'un crédit d'impôt, a-t-il également annoncé.

Cette aide sur les loyers, évaluée à un milliard d'euros, est cumulable avec le fonds de solidarité.

"Environ 6 milliards d'euros pour le Fonds de solidarité, 7 milliards d'euros pour l'activité partielle", "un milliard d'euros pour les exonérations de cotisations sociales, un milliard d'euros pour prendre en charge une partie des loyers des entreprises", a détaillé le ministre. En début de semaine, il avait estimé qu'après son rebond du troisième trimestre, le PIB allait rechuter au dernier trimestre.

Dernières nouvelles