Les grandes surfaces pourraient devoir fermer les rayons de produits non essentiels

Confinement : certains commerces pourraient rouvrir d'ici au 12 novembre, annonce Bruno Le Maire

Reconfinement : Bruno Le Maire et Elisabeth Borne condamnent les élus "irresponsables" qui rouvrent les commerces

Jean Castex s'était entretenu en visioconférence avec les fédérations professionnelles ainsi que les associations de commerçants de proximité et il s'est exprimé à ce sujet.

Au nom de "l'équité" et de la sécurité sanitaire, le gouvernement a décidé de fermer les rayons "non essentiels" des grandes surfaces à partir de mardi, plutôt que d'autoriser des petits commerces à rouvrir, mais la grande distribution a manifesté dimanche son hostilité à une telle mesure.

"Nous ne reviendrons pas sur les mesures annoncées" pour lutter contre la crise sanitaire, a lancé Jean Castex, mais "la vente des produits qui (...) sont d'ores et déjà interdits dans les commerces de proximité" sera interdite "dans les grandes surfaces" à partir de mardi, a-t-il précisé.

La première exigence, c'est que la jauge des personnes admises en même temps dans un magasin "soit respectée dans les grandes surfaces", ou même durcie, les flux incontrôlables des clients pressés n'étant pas "bons pour la circulation du virus", a expliqué le ministre de l'Économie.

Pour la fédération de la grande distribution (FCD), c'est une solution "perdant-perdant".

Pour Intermarché, Leclerc, Carrefour ou Lidl, une telle mesure "manque de justification sur le plan sanitaire", "compliquerait la vie des Français" et serait "techniquement très difficile à mettre en oeuvre dans de nombreux magasins".

- Noël pour le commerce en ligne?

La bataille autour des petits commerces fait rage entre le gouvernement et des élus.

Une autre mesure qui fait l'objet des discussions avec le chef du gouvernement, présent ce soir au 20h00 de TF1, est la fermeture dans les grandes surfaces "des rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité".

Mais de nombreux libraires exigent toujours de rester ouverts, certains bravant l'interdiction. "Des dizaines de milliers d'emplois sont en jeu".

Si le gouvernement venait à prendre cette décision, la FCD demande au moins un "délai technique" et un "régime spécifique" pour les magasins moyens et petits en zone urbaine.

Depuis vendredi 30 octobre et la mise en place d'un nouveau confinement pour faire face à la deuxième vague de Covid-19, tous les restaurants, bars et commerces jugés "non essentiels" sont fermés sur tout le territoire. En réaction, des maires de villes petites et moyennes ont pris des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires sur leur commune, dénonçant l'"inégalité" de traitement face à la grande distribution et à la vente en ligne.

Enfin, Bruno Le Maire a fustigé les "arrêtés contraires aux décisions prises par l'État" qu'émettent des "maires irresponsables". "En réalité, ils menacent la santé des Français", a-t-il conclu.

De son côté, le Sénat a annoncé que sa commission des Affaires économiques entendrait lundi à 16H30 le ministre délégué aux PME Alain Griset "sur la réponse que souhaite apporter le gouvernement à ces contestations".

Dernières nouvelles