Mauvaise nouvelle pour les coiffeurs et esthéticiennes — Reconfinement

Bruno Le Maire veut fermer les rayons non essentiels des grandes surfaces

Bruno Le Maire veut fermer les rayons non essentiels des grandes surfaces

Nouvelle illustration du "on décide d'abord, on organise après", les coiffeurs et esthéticiennes à domicile n'ont finalement pas le droit d'exercer pendant le confinement.

" La coiffure à domicile ne sera plus possible, par soucis d'équité ", a ainsi assuré Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, sur RTL".

Une autre mesure qui fait l'objet des discussions avec le chef du gouvernement, présent ce soir au 20h00 de TF1, est la fermeture dans les grandes surfaces "des rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité". "Nous vendons du dentifrice et le mascara qui est à côté ne pourra pas être vendu", a souligné M. Creyssel.

La grande distribution prévient que cette décision pourrait avoir des "conséquences" pour "20 à 25%" des salariés du secteur, qui en compte 700.000. Alors que la polémique est montée ce week-end sur la fermeture des petits commerces pendant le confinement. Il est immense et ils le montrent tous les jours face à cette crise.

Mais de nombreux libraires exigent toujours de rester ouverts, certains bravant l'interdiction. Ce dernier a évoqué un arbitrage qui doit "rétablir l'équité" avec les petits commerces et qui sera rendu après une journée de consultations.

Les grandes enseignes avaient demandé au gouvernement de "privilégier une réouverture progressive des petits commerces, sur rendez-vous, accompagnée de mesures de contrôle accrue des jauges actuelles dans les magasins".

Des maires (à Perpignan, Brive, Beaune, etc.) ont pour leur part pris des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non-alimentaires sur leur commune, dénonçant l'"inégalité" de traitement face à la grande distribution et à la vente en ligne.

Bruno Le Maire a dénoncé dimanche "cette poignée de maires irresponsables" qui "pensent qu'ils soutiennent les commerçants". "En réalité, ils menacent la santé des Français", a-t-il conclu.

Les tarifs postaux seront "considérablement diminués" pour les envois de livres commandés en librairies, a annoncé ce lundi la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par ailleurs hostile aux plateformes numériques.

Dernières nouvelles