France: Le Conseil scientifique prévient contre ''plusieurs vagues successives'' de l'épidémie

Le Conseil scientifique estime qu'

Le Conseil scientifique estime qu"il est très difficile de prévoir combien de temps va durer la deuxième vague AFP- JEAN-FRANCOIS MONIER

Selon ses membres, la fin de cette nouvelle vague devrait s'accompagner d'un retour de la circulation du virus à un niveau très contrôlé (5.000 à 8.000 nouvelles contaminations par jour maximum).

Dans une note récemment publiée, le Conseil scientifique évoque l'actuelle deuxième vague de Covid-19. L'instance indique qu'il est très difficile de prévoir combien de temps va durer cette deuxième vague, "car cela dépend du virus lui-même, de son environnement climatique, des mesures qui vont être prises pour limiter la circulation du virus, de leur acceptation et donc de leur impact".

Dans son avis, le Conseil scientifique estime qu'il est par ailleurs essentiel d'inclure les citoyens aux prochaines décisions à prendre, plutôt que le gouvernement ne se base que sur les orientations données par les experts comme c'était le cas jusqu'à ce jour. Jeudi dernier, Emmanuel Macron a annoncé le reconfinement national durant au moins un mois avec une baisse de 5 000 contaminations par jour d'ici la fin de la restriction.

Lundi 26 octobre, le Conseil scientifique a rendu sa note au gouvernement quant à ses prédictions sur la deuxième vague de l'épidémie de Covid et aux mesures qu'il recommande.

Selon ce rapport, conçu avant la mise en oeuvre du reconfinement, quel que soit les mesures, elles "ne suffiront " probablement "pas pour éviter d'autres vagues, après la deuxième ". "On peut ainsi avoir _plusieurs vagues successives durant la fin de l'hiver/printemps 2021_, en fonction de différents éléments: état climatique, niveau et efficacité opérationnelle de la stratégie Tester/tracer/isoler (les cas positifs)", ajoute-t-il. "On peut faire une hypothèse d'une sortie de 2e vague en fin d'année ou début d'année 2021".

Cette dernière implique des mesures "fortes et précoces" à chaque reprise épidémique, et demeure cependant la "meilleure garante" du maintien de l'activité économique dans l'attente de l'arrivée d'un traitement et surtout d'un vaccin espéré pour le deuxième semestre 2021, souligne-t-on.

La gestion de la crise sanitaire pourra se faire de différentes manières.

D'abord, "on peut envisager une stratégie de type on/off", c'est-à-dire une alternance de périodes de restrictions (pour limiter la circulation du virus) et de périodes de relâchement. Le conseil scientifique s'interroge toutefois: "Est-ce possible sur le long terme?"

Une autre stratégie consisterait, une fois le contrôle de la circulation du virus rétabli (5000 contaminations par jour), à maintenir le virus à un taux inférieur à ce seuil, "en suivant une stratégie de suppression de la circulation virale comme l'ont effectué plusieurs pays d'Asie, le Danemark, la Finlande et l'Allemagne". En effet, outre des spécialistes des maladies infectieuses tels que l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, le virologue Bruno Lina ou encore l'infectiologue Denis Malvy, le conseil compte également. une anthropologue, en la personne de Laëtitia Atlani Duault, un sociologue, Daniel Benamouzig et un modélisateur, Simon Cauchemez.

Dernières nouvelles