Un petit détour pour aller encore plus vite — Vendée Globe

Jérémie Beyou doit rebrousser chemin pour Les Sables

Vendée Globe : un petit détour pour aller encore plus vite

Le skipper français Armel Tripon s'entraine à bord de l'Imoca L'Occitane en Provence au large de Groix, pour le Vendée Globe, le 25 Septembre 2020. Mais rien d'anormal: ils se sont éloignés de la route directe pour aller vers le Nord-Ouest, là où le vent les attend pour filer plein Sud.

Après une première nuit passée en mer lors de laquelle les 33 skippers de la course autour du monde en solitaire et sans escale ont dû s'affairer aux manoeuvres et digérer ce moment fort de séparation avec la terre, c'est le doyen Jean Le Cam (Yes We Cam!) qui menait la flotte au petit matin. "La voile est tombée à bord mais elle est récupérable, il y a des travaux à faire", explique la direction de course.

Jérémie Beyou a remporté plusieurs courses qualificatives avant le Vendée Globe, notamment la Vendée Arctique en juillet dernier.

Enorme coup dur pour Jérémie Beyou.

Thomas Ruyant (LinkedOut), autre favori, a lui aussi connu des petits soucis de voile, qui lui ont fait perdre une quinzaine de milles nautiques (environ 28 km). Le skipper a décidé, avec son équipe, de mettre le cap vers La Corogne afin de se mettre au mouillage et de réparer seul, à proximité des côtes espagnoles, qu'il devrait gagner jeudi.

Motorisés par Honda, partenaire technique de la course et équipés d'une électronique de marine fournie par MC Technologies, ces 46 semi-rigides seront présents tant au départ qu'à l'arrivée de la course. Après un lundi assez calme au final, celle de ce mardi à mercredi pourrait faire des dégâts, avec des creux importants.

Dernières nouvelles