Une fête illégale réunissant 300 personnes dégénère — Val-de-Marne

Appelée pour une rixe dans une fête clandestine la police a été prise à partie à son arrivée sur les lieux

Appelée pour une rixe dans une fête clandestine la police a été prise à partie à son arrivée sur les lieux. maxppp- Marc Bertrand

À leur arrivée, les forces de l'ordre découvrent qu'une centaine de convives se bagarrent à coups de bouteilles.

Des policiers intervenus pour interrompre une soirée privée réunissant plus de 300 personnes dans le Val-de-Marne ont été pris à partie, dans la nuit de vendredi à ce samedi.

Arrivés sur place, les policiers constatent que quelque 300 personnes sont rassemblées, "dans un mépris total des règles sanitaires", a dénoncé samedi la préfecture de police sur son compte Twitter. Le Parisien précise qu'un convive a été blessé lors des heurts entre convives et forces de l'ordre: retrouvé dans une rue voisine du pavillon, il a été transporté à l'hôpital pour une blessure à l'oeil. "Les policiers profitent du départ d'un invité pour se glisser à l'intérieur du loft de 300 m2 transformé, selon nos collègues du quotidien citant l'un des policiers, en " véritable de boîte de nuit " rassemblant " 300 à 400 personnes ". Les invitations avaient été lancées sur les réseaux sociaux, malgré l'interdiction de sortir de chez soi. Alertée "pour une rixe dans une fête sauvage", une douzaine de policiers s'est rendue sur les lieux vers 2 h du matin. Musique, alcool. la fête a vite dégénéré avec des bousculades et des jets de projectiles. Les agents font alors usage de grenades de désencerclement et évacuent ces invités.

Les participants ont alors pris la fuite, pendant que des renforts arrivaient sur les lieux. Aucune interpellation n'a eu lieu. Les policiers ont porté plainte pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, rapporte enfin le Parisien. La préfecture du Val-de-Marne a annoncé qu'un des participants avait été testé positif au Covid-19 et a invité tous ceux présents à aller se faire dépister.

L'un des participants à cette fête clandestine a été testé positif au Covid-19 ce samedi.

Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale qui va tenter d'identifier les auteurs des violences ainsi que les organisateurs de la soirée.

Dernières nouvelles