Pourquoi la grande distribution recourt cette fois au chômage partiel — Reconfinement

Covid-19 un couac gouvernemental sur le couvre-feu toujours plus de morts

France Covid-19 un couac gouvernemental sur le couvre-feu toujours plus de morts

Chez Carrefour, "la mise en place des mesures de chômage partiel a commencé jeudi" indique la direction.

Pour les salariés qui travaillent en magasins, ce sera deux à trois jours de chômage partiel par semaine pour ceux rattachés aux rayons fermés, un jour par quinzaine pour les autres, y compris caissières et vigiles.

Philippe Allard, délégué CGT Carrefour, est scandalisé. Les salariés des sièges sont aussi concernés, avec deux jours de chômage partiel par semaine.

Lundi, la CGT avait déjà publié un communiqué selon lequel Casino avait annoncé recourir à l'activité partielle "pour environ 800 salariés chez Casino (hyper) à compter du lundi 9 novembre".

"Tous les salariés sont concernés hormis la logistique et le drive".

Selon les syndicats, le groupe Carrefour n'a pas fait dans la dentelle. On a quand même l'impression qu'aujourd'hui, dans le commerce alimentaire, l'activité va bien. Une décision prise sans concertation, selon les syndicats, qui dénoncent une fraude au chômage partiel.

"C'est prématuré de faire appel à l'argent public pour baisser le coût du travail".

Les salariés en chômage partiel ne subiront pas de perte de salaire. C'est aussi le cas de Casino, de Monoprix, d'Auchan et de certains franchisés Leclerc.

Cela étant dit, le recours au chômage partiel n'est pas le fait de toutes les enseignes.

Dernières nouvelles