Jonathann reconnaît être le seul impliqué — Meurtre d'Alexia Daval

Daval le procès prend du retard l’audition des parents d’Alexia repoussée à mercredi

Le procès du «gendre idéal» s'ouvre

La première passe d'armes entre les avocats n'a guère tardé quand ceux de la partie civile, Mes Cathy Richard et Gilles-Jean Portejoie, ont évoqué une possible préméditation et un hypothétique viol de la victime, deux points qui avaient été écartés par la juge d'instruction. Ce lundi matin, à l'ouverture de son procès devant la cour d'assises de la Haute-Saône, Jonathann Daval, 36 ans, a maintenu être à l'origine de la mort de son épouse en octobre 2017.

Dans la matinée, les parents d'Alexia avaient quitté la salle lors de la lecture du rapport d'autopsie.

Des traces de sperme appartenant à Jonathann Daval ont en effet été retrouvées dans le corps, sur les sous-vêtements et le short d'Alexia Fouillot. La thèse brandie par les avocats des parties civiles après l'instruction d'un supposé viol post-mortem a volé en éclats.

"Jonathann était un enfant toujours calme " qui "vivait dans sa bulle ", a déclaré sa mère, Martine Henry, venue témoigner à la barre en chaise roulante et qui doit être réentendue jeudi. Elle a supplié son fils de "dire la vérité ". Son mari a lui aussi l'intention de s'adresser à Jonathann, déterminé à demander des comptes à son ancien gendre.

Daval le procès prend du retard l’audition des parents d’Alexia repoussée à mercredi
Procès Daval: une possible "relation sexuelle post-mortem" évoquée

Le corps sans vie d'Alexia, une employée de banque de 29 ans, avait été Retrouvé le 30 octobre 2017 dans un bois près du domicile conjugal à Gray-la-Ville (Haute-Saône). C'est son mari, Jonathann, qui avait signalé deux jours plus tôt la disparition de son épouse lors d'un jogging. Les jours suivants, le visage baigné de larmes du trentenaire s'affichait dans les médias. Mais en janvier 2018, le veuf éploré devient suspect: placé en garde à vue, il craque et avoue le meurtre de sa femme, survenu selon lui lors d'une violente dispute.

S'ensuivront deux années d'instruction durant lesquelles Jonathann livrera plusieurs versions, se rétractant, puis accusant son beau-frère, avant de reconnaître de nouveau le meurtre. En juin 2019, il avouera même lors de la reconstitution avoir incendié la dépouille de sa femme, ce qu'il niait jusqu'alors.

Le soir du meurtre, Jonathann dit avoir refusé un rapport sexuel à sa femme qui, en retour, se serait montrée violente, lui reprochant de "ne pas être un homme".

Alexia, "violente en paroles et en actes", "l'humiliait", a soutenu au cours de l'instruction l'accusé qui dit l'avoir "étranglée" et "frappée pour qu'elle se taise". "Je ne veux pas que ce soit le procès d'Alexia", a prévenu Isabelle Fouillot. Les plaidoiries, les réquisitions, les derniers mots de Jonathann Daval ainsi que les délibérations et le verdict auront lieu vendredi.

Dernières nouvelles