Apple paie pour mettre fin aux litiges sur les performances d'anciens iPhone

Apple affiche aujourd'hui une capitalisation supérieure à 2.000 milliards de dollars en Bourse

Apple affiche aujourd'hui une capitalisation supérieure à 2.000 milliards de dollars en Bourse

Apple va verser 113 millions de dollars pour régler un litige avec une coalition d'une trentaine d'Etats américains qui accusaient le fabriquant de l'iPhone de ralentir les performances de l'appareil afin de masquer des problèmes de batterie et pousser les utilisateurs à acheter de nouveaux modèles.

L'histoire remonte à plusieurs années déjà.

"Apple a dissimulé des informations sur leurs batteries qui ralentissaient les iPhones, par des mises à jour trompeuses", a déclaré Becerra. Nous avons lancé une fonctionnalité pour l'iPhone 6, l'iPhone 6S et l'iPhone SE en vue de lisser les pics soudains [de consommation] quand le besoin s'en fait ressentir.

"Ce type de comportement nuit au portefeuille du client et limite sa capacité à effectuer des achats éclairés". Cette sanction à laquelle Apple se soumet a été prononcée après qu'il ait été établit que la firme avait bien réduit les performances d'anciens modèles d'iPhone à mesure que la santé de leur batterie déclinait. Dans les documents légaux, la marque à la pomme a indiqué qu'elle n'avait consenti à payer cette somme " à des fins de règlement (de l'affaire) uniquement ", sans admettre aucune faute ou tentative de tromper ses clients.

Selon les plaignants, cette fameuse mise à jour d'Apple et son manque de clarté ont poussé les consommateurs à penser que "le seul moyen d'obtenir de meilleures performances était d'acheter un modèle d'iPhone plus récent". Le groupe avait néanmoins nié toute tentative d'obsolescence programmée. En France, le groupe américain a été sanctionné en février pour n'avoir pas prévenu que des mises à jour pouvaient ralentir les vieux smartphones. Il a écopé d'une amende de 25 millions d'euros (27,8 millions de dollars) au terme d'une enquête qui révèle des " pratiques commerciales trompeuses par omission " mais ne retient pas l'accusation d'obsolescence programmée.

Dernières nouvelles