Reports : Trump voulait attaquer l'Iran la semaine dernière, mais a été dissuadé

Reports: Trump voulait attaquer l'Iran la semaine dernière mais a été dissuad

Donald Trump aurait sondé ses conseillers pour frapper un site nucléaire iranien

Dans une déclaration distincte, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a menacé l'Iran de nouvelles sanctions. Ces nouvelles mesures visent notamment la Fondation Mostazafan de la révolution islamique, que contrôle l'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême. La réunion a eu lieu un jour après l'annonce par les inspecteurs internationaux d'une augmentation significative du stock d'uranium en Iran, soutient le New York Times.

Sur cette photo fournie par la Maison Blanche, le président américain Donald Trump est entouré de Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale, du vice-président Mike Pence, du secrétaire à la Défense Mark Esper, du président des chefs d'état-major interarmées Mark Milley et du général Marcus Evans, directeur adjoint pour les opérations spéciales à la Maison blanche, le 26 octobre 2019 à Washington, dans la Salle de Crise.

S'exprimant lors d'une réunion du cabinet, mercredi, Rohani a déclaré que lorsque Biden prendrait le pouvoir, les États-Unis respecteraient à nouveau le droit international, ajoutant que son optimisme quant au changement de politique américaine pendant l'ère Biden ne signifiait pas que Téhéran était prêt à entrer en négociations avec Washington.

A deux mois de la fin de son mandat, Donald Trump a sondé de hauts responsables américains sur la possibilité d' "agir " contre un site nucléaire iranien, affirme lundi le New York Times.

Pour les Européens qui ne désespèrent pas de sauver l'accord sur le désengagement nucléaire iranien, l'objectif de Trump serait d'échafauder un arsenal punitif tellement coercitif que Joe Biden, à sa prise de fonction, ne pourrait pas revenir en arrière... Joe Biden a promis d'agir rapidement pour rejoindre l'accord sur le nucléaire avec l'Iran signé en 2015. "si Téhéran respecte ses engagements". Ils l'ont averti qu'une frappe pourrait facilement dégénérer en un conflit plus large au cours des dernières semaines de sa présidence.

D'après l'AIEAAgence internationale de l'énergie atomique, le stock d'uranium faiblement enrichi de l'Iran est 12 fois supérieur à ce qui était autorisé par l'accord nucléaire abandonné par M. Trump en 2018. Sans succès jusqu'ici, face à l'opposition historique d'Israël à la vente de cet appareil aux autres pays du Moyen-Orient afin de maintenir sa supériorité technologique.

Même si les trois parlementaires arrivent à trouver une majorité simple au Congrès pour bloquer cette vente, ils devront ensuite trouver une majorité qualifiée de deux tiers au Sénat et à la Chambre des représentants pour passer outre un veto du président Donald Trump.

Dernières nouvelles