Restos du cœur : la campagne d’hiver 2020 s’annonce " difficile "

Bénévoles et bénéficiaires ce mardi à 16 heures

Bénévoles et bénéficiaires ce mardi à 16 heures

Pour l'heure, sur le plan national, l'association chiffre la hausse des inscriptions pour la campagne d'hiver à +10%, les situations étant "variables selon les départements", avec une explosion de la demande en Seine-Saint-Denis (+45%) et à Paris (30%), selon Patrice Blanc.

Avec le contexte sanitaire, les Restos du Cœur estiment qu'il d'autant plus important d'encourager les dons des particuliers, des produits alimentaires, la ramasse et de mobiliser les pouvoirs publics. "L'année dernière, 875.000 personnes ont bénéficié de leur aide et 136,5 millions de repas ont été distribués".

"Œufs, pain, pâtes, haricots, thon. un peu de tout", énumère Amira, une botte de poireaux dépassant de son caddie en sortant du centre d'Argenteuil, ouvert dès lundi. Les Restos du Cœur lancent leur 36e campagne ce mardi. Alors que la crise sanitaire a fortement augmenté la précarité dans le pays, les 73 000 bénévoles vont devoir redoubler d'effort dans les 1915 centres de l'association. Cette année, l'association s'attend à recevoir 1 million de bénéficiaires pour la saison hivernale. "Dans l'urgence mais aussi sur le long terme".

En Haute-Saône les 350 bénévoles des 14 centres Restos du département sont restés mobilisés, malgré la crise sanitaire. "Nous devons nous préparer à la montée d'une vague d'une ampleur au moins équivalente", alerte le président de l'association. Les moins de 25 ans représentent déjà près de la moitié des bénéficiaires, et les mineurs 40%. "La distribution accompagnée a laissé place à un système de drive, où les bénévoles amènent les denrées alimentaires à l'entrée du centre où les bénéficiaires attendent en file".

Parmi les bénéficiaires de plus de 16 ans, 36% sont en recherche d'emploi, 12% perçoivent une retraite, 6% ont un emploi et 6% sont étudiants.

"La plupart de nos locaux ne sont pas adaptés pour respecter les consignes de distanciation", explique Patrice Blanc. Exit également le "coin café" qui offrait un moment de convivialité.

"Si toutes ne se sont pas encore fait connaître, l'association devrait, ces prochains mois, venir en aide à quelque 9.000 personnes, soit 20 % de plus qu'en 2019".

Dernières nouvelles