Donald Trump gracie son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn

Trump compte gracier son ancien conseiller Flynn

Trump se prépare à gracier son ancien conseiller Michael Flynn qui avait menti au FBI

Donald Trump a annoncé mercredi 25 novembre 2020 avoir accordé une grâce à son ancien conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn, le premier de ses proches mis en cause dans le cadre de l'enquête russe, un geste qualifié d'"abus de pouvoir " par les démocrates.

"Ce pardon est immérité, peu scrupuleux et une tache de plus sur l'héritage rapidement décroissant du Président Trump", a déclaré dans un communiqué le démocrate Jerold Nadler, président de la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des représentants. Cette enquête prolongée a empoisonné les deux premières années de son mandat.

Michael Flynn, qui fût conseiller de campagne de Donald Trump avant de rejoindre son administration, a admis en 2017 avoir menti au FBI sur ses interactions avec la Russie et ses conversations avec l'ancien ambassadeur russe à Washington, quelques semaines avant l'investiture de Donald Trump.

Donald Trump profite au maximum de ses derniers moments à la Maison Blanche.

Parmi eux, le général Flynn a participé à la campagne républicaine victorieuse puis a eu des entretiens secrets avec l'ambassadeur de Russie à Washington, Sergey Kislyak en décembre 2016.

Donald Trump a régulièrement abusé de son pouvoir pour récompenser ses amis ou protéger ceux qui le couvrentIl a immédiatement dénoncé Adam Schiff, élu démocrate, qui dirige le House Intelligence Committee.

Devenu conseiller à la Sécurité nationale, il avait été interrogé le 24 janvier 2017 par la police fédérale mais il avait dissimulé ces contacts.

Aux termes de l'accord de plaider coupable négocié en 2017, Flynn risquait une peine maximale de six mois d'emprisonnement en échange de sa coopération à l'enquête du procureur Mueller sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et une possible collusion entre la campagne Trump et des représentants russes.

J'ai dû congédier le général Flynn parce qu'il a menti au vice-président et au FBI. Menacé de six mois de prison, il avait changé de stratégie d'avocat et de défense en 2019.

Le président avait promis cette clémence pour exhorter Michael Flynn à ne pas coopérer avec les enquêteurs fédéraux car cela le ferait "Il pourrait révéler ses propres méfaits " a ajouté Jerry Nadler, dénonçant "Un abus de pouvoir qui affaiblit l'état de droit".

Il avait reconnu sa culpabilité, mais il ne répondra pas de ses actes.

En mai dernier l'Attorney General, William Barr, avait demandé l'abandon des poursuites contre Michael Flynn, après des plaintes répétées de Donald Trump sur le traitement selon lui injuste à l'égard de son ex-conseiller.

Dernières nouvelles