Emmanuel Macron veut dissuader les skieurs de passer en Suisse

Une campagne de vaccination en plusieurs étapes

Une campagne de vaccination en plusieurs étapes. Midi Libre- SYLVIE CAMBON

La France envisage une campagne de vaccination pour le grand public " entre avril et juin " contre la COVID-19, après une première phase réservée aux personnes les plus vulnérables, a annoncé mardi le président Emmanuel Macron.

"Et on aura vraisemblablement une deuxième vague de vaccination qui s'ouvrira quelque part entre avril et juin qui elle sera plus large et plus grand public et qui ira vers une stratégie de vaccination du plus grand nombre", a-t-il ajouté.

"S'il y a des pays de l'UE et des pays hors UE qui maintiennent leurs stations de ski ouvertes, nous aurons des mesures de contrôle pour dissuader nos concitoyens d'aller dans des zones où on considère qu'il y a des risques d'infections et pour ne pas aussi créer une situation de déséquilibre avec les stations en France, en Italie, en Allemagne qu'on serait amené à fermer quand d'autres ouvriraient", a dit le chef de l'Etat à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre belge, Alexander de Croo.

Dans sa dernière allocution, le 24 novembre, Emmanuel Macron avait déjà assuré que la campagne de vaccination, qui ne sera "pas obligatoire", débuterait "vraisemblablement, dès fin décembre-début janvier". La première vague de vaccins sera "réservée aux publics les plus sensibles", a indiqué Emmanuel Macron depuis l'Élysée. Celles-ci sont "préréservées par la Commission européenne", et seront réparties dans tous les États membres "en fonction de la population". "Il n'y aura pas une bataille entre les pays européens " grâce à cette mutualisation, a renchéri M. De Croo mais " vacciner des centaines de millions d'Européens " prendra " plusieurs mois ".

Avec plus de 16 000 morts parmi leurs résidants, sur 52 000 décès au total depuis le début de l'épidémie en mars, et des restrictions de visites draconiennes des familles, les Ehpad ont payé un très lourd tribut à l'épidémie de COVID-19.

Lundi, la Haute Autorité de santé (HAS) avait en effet préconisé de mettre en œuvre une stratégie en "cinq phases progressives" et de vacciner prioritairement les résidents des Ehpad et les professionnels de santé, au contact direct des malades, pour endiguer la pandémie de coronavirus en France.

Dernières nouvelles