Déclaration du porte-parole de l'Ambassade de Chine en France au sujet des critiques du Ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères contre la condamnation par la partie chinoise du meurtre des civils afghans par des militaires australiens

Le Premier ministre australien condamne un tweet

Dernières Infos

Dans un communiqué sobre, Kaboul a indiqué "travailler conjointement" avec Canberra pour enquêter sur les soupçons qui pèsent sur l'armée australienne, ajoutant que la Chine comme l'Australie sont deux "acteurs clés" du processus international de paix en Afghanistan.

Pékin a critiqué la position ambivalente de Paris sur la liberté d'expression et le droit à la caricature, via une déclaration de l'ambassade de Chine en France.

Le secrétaire australien des Affaires étrangères et du Commerce a appelé lundi l'ambassadeur Cheng Jingye pour se plaindre de la publication sur les réseaux sociaux, a-t-il confirmé, ajoutant que Cheng avait " réfuté les accusations injustifiées comme absolument inacceptables ".

Selon un rapport d'enquête rendu public par le ministère australien de la Défense le 19 novembre, des "preuves crédibles" basées sur les témoignages de plus de 400 personnes établissent le fait que 25 membres des forces spéciales australiennes étaient impliqués dans le massacre de 39 civils et prisonniers de guerre afghans entre 2009 et 2013, pire encore, l'égorgement de deux garçons innocents de 14 ans les yeux bandés avant de les mettre dans le sac puis jeter dans la rivière.

L'ambassade de Chine en Australie a déclaré que les politiciens avaient " mal lu " un tweet montrant une image modifiée numériquement d'un soldat australien tenant un couteau ensanglanté à la gorge d'un enfant afghan et essayant d'attiser le nationalisme.

"Un pays où le droit à la caricature est défendu à cor et à cri ne pourra-t-il tolérer le droit à la caricature d'un peintre chinois?" Au fond, c'est le "deux poids, deux mesures " qui fait que l'on prend des positions sans même distinguer ce qui est juste et ce qui ne l'est pas, au mépris de la conscience.

" C'est complètement scandaleux et ne peut être justifié sur aucune base ", a déclaré Morrison. " Le gouvernement chinois devrait avoir honte de ce post.

Lors d'un point presse, le Premier ministre Scott Morrison a dénoncé cette mise en scène sur des crimes de guerre qui auraient été commis par des soldats australiens en Afghanistan, jugeant l'image publiée sur Twitter par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, comme "extrêmement répugnante". Le gouvernement chinois devrait avoir totalement honte de ce message. Requête refusée par le réseau social: la publication de Zhao Lijian était toujours en ligne ce 2 décembre.

Dernières nouvelles