Covid-19 : quel est le plan de vaccination ?

Vaccin contre le Covid-19: la vidéo du gouvernement pour convaincre les Français

Vaccin contre le Covid-19: la vidéo du gouvernement pour convaincre les FrançaisCapture d'écran vidéo gouvernement

Elle concernera en priorité les personnes âgées, de plus de 75 ans, ainsi que les personnes présentant des profils à risque.

La phase 2 concernera quelque 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à l'âge ou à une pathologie chronique. Le ministre de la Santé a également promis de donner toutes les informations sur l'acceptabilité de la population, l'évolution des recommandations scientifiques et médicales, ou encore les éventuels effets indésirables du vaccin qu'ils soient graves ou bénins.

Malgré cet espoir d'un vaccin contre le coronavirus, Olivier Véran appelle à rester vigilants.

La France disposera d'un potentiel de 200 millions de doses, pour prendre en charge 100 millions de personnes, à raison de 2 injections par personne, rassure-t-il.

Deux vaccins seront disponibles dès fin décembre, début janvier. Le ministre de la Santé a promis que les Français auraient le même niveau d'information que le gouvernement.

Un vaccin gratuit pour tous, cela représente un budget de 1,5 milliards d'euros pour le gouvernement en 2021.

Pour le moment donc, les consignes ne sont pas claires: les personnes infectées depuis le début de l'épidémie, que ce soit par une forme légère, modérée ou grave, ne sont pas "exclus" de la campagne de vaccination par la HAS. "M. Castex a rappelé que la " transparence " était un " impératif " face aux " réticences, voire parfois [aux] craintes exprimées par certains d'entre vous ". Aucune vaccination ne pourra ainsi être lancée sans l'aval de la Haute autorité de Santé, tandis qu'une cellule dédiée de pharmacovigilance sera mise en place à l'Agence nationale de sécurité du médicament.

Un résultat en nette baisse par rapport à une autre enquête, menée en juillet où 64 % des sondés se montraient favorables à la vaccination. Alain Fischer a en outre l'expérience de ces missions à risque, puisque ce "Monsieur vaccin " avait déjà présidé la concertation vaccinale qui avait aboutit à étendre les vaccinations obligatoires pour les nourrissons.

Cette deuxième étape devrait avoir lieu entre février et mars 2021. Le recul à ce jour ne dépasse pas deux à trois mois. Le masque et les gestes barrières seront encore maintenus pendant plusieurs mois, a précisé le ministre. Il s'agira du vaccin développé par Pfizer, qui nécessitera une logistique complexe. Ce qui contredit d'ailleurs les espoirs du Premier ministre d'une campagne menée principalement au cabinet du généraliste.

Dernières nouvelles