Le vaccin Sanofi prend du retard

Les établissements culturels comme les théâtres doivent rester fermés au moins jusqu’au 7 janvier

Les établissements culturels comme les théâtres doivent rester fermés au moins jusqu’au 7 janvier.- Pixabay/@onkelglocke

"Les résultats de l'étude ne sont pas à la hauteur de nos espérances", a reconnu Roger Connor, président de GSK Vaccines, cité dans un communiqué.

Alors que tous les feux sont quasiment au vert pour le vaccin américain Pfizer, le traitement franco-allemand, lui ne sera prêt que fin 2021, annoncent les laboratoires.

L'action du groupe pharmaceutique français Sanofi était sanctionnée vendredi matin à la Bourse de Paris, où les investisseurs affichaient leur déception face au retard pris dans le développement d'un vaccin aux côtés du laboratoire britannique GSK.

"Sanofi et GSK annoncent que la conduite de leur programme de vaccin adjuvanté à protéine recombinante [contre le Covid-19] est retardée afin d'améliorer la réponse immunitaire chez les personnes âgées", explique un communiqué envoyé par les deux partenaires. Ils n'envisagent pas désormais une mise à disposition du vaccin avant la fin d'année prochaine alors qu'ils espéraient livrer un milliard de doses dès le premier trimestre de 2021. Un objectif qui ne pourra plus être atteint.

Les laboratoires veulent donc "affiner la concentration d'antigènes de manière à obtenir une réponse immunitaire élevée dans toutes les tranches d'âge", détaillent-ils.

"La formulation du produit n'est pas satisfaisante".

" Nous sommes naturellement déçus de devoir annoncer ce retard, mais toutes les décisions que nous prenons sont et resteront toujours motivées par des considérations scientifiques", ajoute Thomas Triomphe, vice-président exécutif et responsable de Sanofi Pasteur.

Une étude de phase 2b avec une formulation d'antigène améliorée débutera en février 2021, sur base, d'un test récemment mené sur des primates non-humains avec une formulation d'antigènes améliorée. Celui-ci a en effet montré que le candidat-vaccin pourrait apporter une protection contre les pathologies pulmonaires et " entraîner l'élimination rapide du virus dans les voies nasales et les poumons en l'espace de deux à quatre jours ". Pour le Covid, la recherche, dopée par des financements exceptionnels et des partenariats public-privé, a toutefois pulvérisé les échéances habituelles.

Ainsi, onze vaccins à travers le monde sont déjà passés en dernière phase d'essais cliniques.

Dernières nouvelles