COVID-19 : Comment 90% des cas français ont échappé à la détection

Fournis par Franceinfo

Fournis par Franceinfo

Selon un article paru dans la revue scientifique Nature ce lundi, des lacunes ont été observées, notamment sur la période qui a suivi le premier confinement. Les auteurs déplorent une défaillance du système de surveillance.

Après la sortie du confinement en mai dernier, la capacité de dépistage est restée "insuffisante, même aux faibles niveaux de circulation virale atteints après ce confinement" et "il était prévisible qu'elle se détériore rapidement avec l'augmentation de l'activité épidémique", indique l'étude qui préconise d'améliorer significativement la stratégie "tester, tracer, isoler" menée par le gouvernement français. L'étude concerne uniquement les personnes symptomatiques.

Sur la période étudiée, du 11 mai au 28 juin, Santé publique France a enregistré entre 250.000 et 280.000 tests réalisés chaque semaine en France.

D'après l'étude, le système de dépistage n'a pas atteint les taux de détection nécessaires pour contenir la pandémie, même s'il y a eu une amélioration avec le temps. Cependant, une étude de chercheurs publiée dans Nature estime que 9 cas de personnes symptomatiques du Covid-19 sur 10 n'ont pas été repérés.

Pour établir ces modèles, ils se sont servi de données régionales des admissions à l'hôpital ainsi que d'études sérologiques (examens sanguins décelant la présence d'anticorps, trace d'une infection par le coronavirus) et d'estimations à partir d'une base de données de suivi des symptômes autodéclarés. Seulement 5 des 12 régions étudiées sont parvenues à détecter au moins 50 % des positifs à la fin juin, estiment-ils, et moins d'un tiers (31%) des gens présentant des symptômes de type Covid-19 ont consulté un médecin en dépit des recommandations. Résultat? Ils ont rapporté l'existence de 104 000 infections symptomatiques survenues au cours de la période d'étude, contre un peu plus de 14 000 cas officiellement enregistrés.

Ensemble, ces résultats suggèrent que la majorité des infections par le SarS-CoV-2 n'ont pas été détectées au cours des premières semaines après ce confinement.

Les auteurs de l'étude considèrent que la stratégie tester, isoler, tracer doit être améliorée. Ces informations - et l'utilisation de la modélisation mathématiques pour évaluer la prévalence de la maladie et l'efficacité des politiques sanitaires - pourraient permettre d'éviter une "3ème vague" en Europe et de développer une stratégie vaccinale cohérente et efficace.

Dernières nouvelles