Procès de Mediène, Hanoune, Bouteflika et Tartag ouvert ce samedi

Saïd Bouteflika

Le frère cadet de Bouteflika acquitté en appel dans l'affaire du complot contre l'État AFP 2020 FAROUK BATICHE

A la suite de cette décision surprise, Saïd Bouteflika sera transféré dans une prison civile en attendant son procès dans d'autres affaires liées à la corruption durant les 20 ans de pouvoir de son frère, selon une source judiciaire. Il était jusque-là détenu dans une geôle militaire.

Arrêtés en mai 2019, les quatre accusés avaient été condamnés en septembre de la même année à quinze ans d'emprisonnement, lors d'un procès éclair devant le tribunal militaire de Blida, pour "complot contre l'autorité de l'État et de l'armée".

Le 27 mars 2019, en plein soulèvement contre le projet de cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, son frère Saïd, les généraux Mohamed Mediene et Athmane Tartag, ainsi que la femme politique Louisa Hanoune se seraient retrouvés pour ourdir un " plan de déstabilisation de l'armée " dont les plus hauts gradés venaient de tourner le dos au chef de l'État.

Le procès en appel de Mohamed Mediène, dit Toufik, Louisa Hanoune, Saïd Bouteflika et Bachir Tartag est attendu ce samedi, 2 janvier, devant la cour d'appel militaire à Blida. Ces peines ont été confirmées en appel en février 2020, sauf pour Louisa Hanoune qui a vu la sienne réduite à trois ans, dont neuf mois ferme.

Il s'agissait du troisième procès de l'affaire après que la Cour suprême algérienne eut accepté en novembre le pourvoi en cassation de Saïd Bouteflika et de ses co-accusés. Elle avait été libérée en février 2020.

Il y a plusieurs mois et face à la révolte populaire en Algérie, une véritable purge a été instaurée à l'encontre des proches de l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika. Selon l'association Comité national pour la libération des détenus (CNLD), plus de 90 personnes sont actuellement détenues pour des faits liés à la contestation et aux libertés individuelles en Algérie.

Dernières nouvelles