Qui va pouvoir se faire vacciner, et quand — Calendrier de vaccination

En octobre Meaux ouvre une unité de dépistage Covid

Les centres de dépistage du Covid-19 ne désemplissent pas

"C'est une situation inadmissible", déplore la parlementaire, qui propose de confier aux départements, "plus efficaces au niveau local", la distribution du vaccin "à ceux qui en ont besoin et à ceux qui souhaitent se faire vacciner". Après ces changements, difficile de s'y retrouver. On fait le point. Interrogé sur RTL ce mardi, le ministre français de la Santé a promis "d'amplifier, d'accélérer et de simplifier" la campagne vaccinale contre le coronavirus en France. Quelle étape du plan devrez-vous attendre?

La campagne de vaccination française contre le Covid-19 a été lancée symboliquement le 27 décembre dans deux structures hospitalières pour personnes âgées à Sevran, en Seine-Saint-Denis, puis Dijon.

Cette vaccination n'est pas rendue obligatoire mais s'effectue sur la base du volontariat et après la signature d'une charte de consentement. Face à une marée de critiques sur la lenteur des débuts de la campagne, il veut à tout prix montrer, après le fiasco des masques et des tests, qu'il peut tenir sa promesse d'être au rendez-vous des vaccins.

Depuis le 2 janvier, les soignants de 50 ans et plus ont la possibilité de se faire vacciner.

Le ministre de la Santé était l'invité de RTL ce mardi matin 5 janvier.

D'ailleurs depuis ce week-end, les annonces du ministre de la Santé succèdent aux tweets d'Olivier Véran: ouverture de la vaccination aux soignants, pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans, simplification de la procédure dans les EHPAD, création de 500 centres de vaccination, etc.

Selon le dernier rapport de l'Insee sur la France, les plus de 75 ans représentaient 6,4 millions de personnes, soit presque un dixième de la population.

La phase suivante concernera la vaccination des quelque 7 millions de plus de 65 ans.

Pourront également être vaccinées les personnes "vulnérables et précaires", le personnel qui les prend en charge, ainsi que les personnes vivant dans des "hébergements confinés ou des lieux clos", selon le ministère de la Santé.

"J'ai demandé que nous démarrions la vaccination dans les Ehpad plus tôt, partout où les professionnels de santé nous disent qu'ils sont prêts, c'est-à dire que les résidents sont prêts à être vaccinés", a expliqué le ministre de la Santé, en promettant de "simplifier" la consultation pré-vaccinale, cible de nombreuses critiques.

C'est cette pression de l'opinion publique qui a poussé Emmanuel Macron a tenter, lors de ses vœux pour 2021, de se dédouaner de toute responsabilité et de se poser comme celui qui allait reprendre les choses en main en affirmant qu'il ne laisserait "aucune lenteur injustifiée s'installer pour de mauvaises raisons, puis à pousser un " coup de gueule " médiatisé lors du conseil scientifique de ce lundi à l'Élysée, afin". Son ami Christian, 77 ans, est du même avis. Ce choix permettra de vacciner deux fois plus de personnes dès à présent. En effet, la France attend 500.000 doses hebdomadaires de Pfizer/BioNTech et 500.000 doses mensuelles du vaccin Moderna, que les autorités sanitaires européennes doivent encore valider.

Dernières nouvelles