Kim promet de renforcer les capacités de défense — Corée du Nord

Kim Jong Un qualifie les Etats Unis de plus grand ennemi du pays

Kim Jong-un qualifie les Etats-Unis de «plus grand ennemi» du pays

Mais aucun progrès n'a été réalisé sur l'épineux dossier des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

Depuis février 2019, les relations Kim-Trump sont néanmoins au point mort.

Une des raisons de cette impasse a été l'absence de consensus sur les concessions que la Corée du Nord devrait faire en échange d'une levée des sanctions internationales pesant sur elle.

Lors du 8e Congrès du Parti des travailleurs de Corée (PTC) en cours, il a indiqué que l'arrêt des hostilités par Washington serait la clé des relations futures entre la RPDC et les Etats-Unis.

Mais Trump n'a jamais inspiré la haine de la Corée du Nord envers Joe Biden, un "chien en colère" qu'il faudrait "Battre à mort". De son côté, le président élu a qualifié M. Kim de "voyou".

KCNA n'a fait aucune référence à l'arme nucléaire, et n'a pas précisé la nature des buts à atteindre en matière de défense. L'information a été donnée par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

"Nous avons l'intention d'analyser en profondeur (...) nos expériences, leçons et les erreurs commises", a ajouté Kim Jong-un, vêtu d'un costume noir et arborant à son revers les effigies de ses père et grand-père, qui l'ont précédé à la tête de la Corée du Nord. "Mais ce qui est très clair, c'est que le Nord ne renoncera jamais à ses armes nucléaires".

Sous la présidence de M. Biden, les Etats-Unis devraient revenir à une approche beaucoup plus classique vis-à-vis de Pyongyang, en insistant notamment sur le fait qu'il faudra des progrès notoires dans les discussions de travail avant même d'envisager une nouvelle rencontre entre chefs d'Etats. La Corée du Nord n'abuserait pas de ses armes nucléaires, a déclaré M. Kim, mais a appelé à étendre l'arsenal nucléaire du pays, y compris des capacités de frappe "préventives" et "de représailles" et des ogives de différentes tailles.

Des images satellites ont montré "l'intensification de préparatifs pour une parade", selon le site web 38North, quelques mois seulement après la présentation par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental géant.

Les analystes y avaient vu la preuve de ce que la Corée du Nord avait continué de développer ses programmes en dépit du processus diplomatique engagé avec Washington.

L'élection a eu lieu dimanche dans le cadre du congrès pluriannuel du parti au pouvoir, un événement sur plusieurs jours servant de plateforme au dirigeant nord-coréen pour définir les contours de la politique de Pyongyang pour cinq ans - qu'il s'agisse d'économie, de politique étrangère ou de défense - et de procéder à des changements dans les hautes sphères du régime.

Dernières nouvelles