Des symptômes durables pour 3/4 des patients covid

Covid-19 : les trois quarts des personnes hospitalisées conservent des symptômes six mois après

Plus de six mois après avoir contracté le Covid-19 trois quarts des patients conservent des symptômes

Des mois qu'ils en ressentent les symptômes.

Des inconnues subsistent autour du "Covid long". "Pour un nombre important de personnes, ce virus provoque une série d'effets graves, à long terme", reconnaissait en octobre le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'étude a été menée à Wuhan, berceau du nouveau coronavirus, entre le 7 janvier et le 29 mai, sur des patients du Covid-19 ayant quitté l'hôpital Jin Yin-tan. 76% des patients ayant participé ont déclaré qu'ils présentaient toujours des symptômes.

Les symptômes les plus courants sont la faiblesse ou la fatigue. Troubles du sommeil, anxiété ou dépression ont également été constatés, selon l'étude, incluant plus d'un millier de patients de la ville chinoise de Wuhan.

La pandémie de Covid-19 s'intensifie presque partout sur la planète, avec de nouveaux records de contaminations en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Parmi les autres troubles observés, les chercheurs notent la perte de l'odorat, du goût, de l'appétit ou encore des cheveux. Parmi eux, seulement 4% avaient été admis en réanimation ou en unité de soins intensifs.

"L'influence du Covid-19 sur la vie journalière des patients est immense dans la sous-multitude des patients non hospitalisés, et il est nécessaire de donner plus d'attention à la définition des variantes optima du traitement de ces patients", selon les chercheurs de l'étude.

Pour la professeure Dominique Salmon, interrogée par Le Monde, les résultats de cette enquête soulignent que le covid-19 "n'est pas une maladie qui guérit très vite, ni facilement". L'infectiologue à l'Hôtel-Dieu, à Paris, a elle-même coordonné une étude de moindre envergure, publiée dans The Journal of Infection début décembre, auprès de 70 anciens malades du covid. "L'idée est que l'étude s'étende progressivement à au moins 20 hôpitaux" et suive un échantillon de près de 1 000 personnes, expliquait Olivier Robineau à l'AFP.

Dernières nouvelles