Terrorisme : Cuba à nouveau sur la liste noire des États-Unis

Mike Pompeo accuse Cuba d'apporter un appui à des terroristes et d'abriter des criminels américains

Mike Pompeo accuse Cuba d'apporter un appui à des terroristes et d'abriter des criminels américains

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a accusé Cuba d'avoir " apporté de manière répétée son soutien à des actes de terrorisme international", en fournissant refuge à des Américains recherchés aux Etats-Unis et en rejetant une demande d'extradition de la Colombie concernant des rebelles de l'Armée de libération nationale (ELN) soupçonnés d'implication dans un attentat commis en 2019.

" Avec cette mesure, nous allons de nouveau tenir le gouvernement de Cuba pour responsable et envoyer un message clair: le régime Castro doit mettre fin à son soutien au terrorisme international et à la subversion de la justice américaine " a-t-il indiqué.

L'administration de Donald Trump a inscrit à nouveau Cuba sur la liste noire des 'Etats soutenant le terrorisme' lundi. Carlos Fernandez de Cosio, chef de la division américaine du ministère cubain des Affaires étrangères, a commenté sur Twitter. Pour rappel, la décision américaine aggrave davantage les relations entre Cuba et les Etats-Unis, et intervient à quelques jours de la prise de fonction du futur président Joe Biden. Nous condamnons la caractérisation cynique et hypocrite de Cuba comme un État soutenant le terrorisme, déclarée par les États-Unis. 'Cuba est un Etat victime du terrorisme perpétré pendant des années par le gouvernement américain ou par des individus ou organisations qui opèrent depuis ce territoire, sous la tolérance des autorités'. Le Soudan vient d'en être retiré par Donald Trump.

L'île du gouvernement communiste a été retirée de cette liste en 2015 par Barack Obama - qui a eu M. Biden vice-président pendant huit ans - au cours d'une période de rapprochement historique entre les deux pays.

Cette décision de dernière minute risque de rendre plus difficile toute volonté du président élu Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, de renouer avec La Havane.

Mike Pompeo, un faucon et pilier du trumpisme, semble vouloir profiter de ses derniers jours à la tête de la diplomatie américaine pour enfoncer jusqu'au bout le clou contre les principales bêtes noires des conservateurs américains, comme Cuba, l'Iran ou la Chine, en multipliant les sanctions.

L'administration Trump poursuit sa politique de la terre brûlée.

Dernières nouvelles