Alain Finkielkraut, congédié par LCI annonce son intention d'attaquer la chaîne

Alain Finkielkraut renvoyé de LCI suite à ses propos polémiques sur l'affaire Duhamel

Alain Finkielkraut renvoyé de LCI suite à ses propos polémiques sur l'affaire Duhamel SIPA- EDMOND SADAKA EDMOND SIPA

Dans les colonnes du Parisien, le philosophe - qui n'en est pas à son premier scandale - a commencé par déplorer: "LCI me bâillonne".

LCI, la chaîne info du groupe TF1, a annoncé qu'elle n'inviterait plus le philosophe Alain Finkielkraut à débattre dans l'émission 24 Heures Pujadas, à laquelle il participait régulièrement depuis la rentrée. Alain Finkielkraut a également dénoncé "des plateaux de télévisions devenus des tribunaux avec une surenchère dans la condamnation".

Et Alain Finkielkraut de s'interroger:: On vous tombe immédiatement dessus.

L'auteur est ensuite revenu sur ses propos: "Dans l'affaire Duhamel je ne présume pas qu'il y ait ce consentement, je n'en sais rien". David Pujadas lui a objecté qu'on parlait "d'un enfant de 14 ans". Et alors?, a répliqué l'essayiste et académicien.

Sur le plateau de 24h Pujadas, Alain Finkielkraut, coutumier des prises de parole polémiques, a certes, reconnu qu'il s'agissait de "faits très graves", et même, d'un "crime abominable", avant de questionner le consentement de la victime présumée. "Et alors? D'abord on parle d'un adolescent, ce n'est pas la même chose", a rétorqué le propriétaire du siège numéro 21 à l'Académie française. "À chaque fois que vous recherchez la spécificité, on vous accuse à peu près de complicité de crime". On ne vire pas les gens pour ça. "Finkielkraut auprès de l'AFP". Mais ce que je dis est irréprochable (...) Je suis congédié comme un malpropre, affirme-t-il. Mais qu'on écoute mes propos dans leur intégralité! Je trouve ça très injuste, mais malheureusement très révélateur d'une époque où c'est dans la presse que se recrutent les pires ennemis de la liberté de pensée.

Dans son communiqué, LCI " rappelle qu'elle fait du débat d'idées, argumenté et respectueux, une priorité de sa ligne éditoriale. Une précaution afin d'éviter, sans doute, d'être taxée d'entraver à la liberté d'expression mais qu'elle ne veut donner blanc-seing à la propagation de la "culture du viol".

Dernières nouvelles