Une réserve mondiale de vaccin sera-t-elle bénéfique — Ebola

Vaccination contre le virus Ebola le 14 novembre 2019 à Goma en République démocratique du Congo

Vaccination contre le virus Ebola le 14 novembre 2019 à Goma en République démocratique du Congo

De même, la recherche doit continuer à rendre ce vaccin plus adapté aux contextes dans lesquels les épidémies d'Ebola se produisent, en particulier en progressant vers un produit plus stable ne nécessitant pas une chaîne du froid complexe pour le stockage et le transport. "Ce nouveau stock est un excellent exemple de solidarité, de science et de coopération entre les organisations internationales et le secteur privé pour sauver des vies ", a ajouté le chef de l'OMS. La décision d'allouer le vaccin sera prise dans les 48 heures suivant la réception d'une demande d'un pays. Le délai de livraison visé pour le stock aux pays est de sept jours.

Avec les 6890 premières doses disponibles, ces organisations de la santé sont sûres de pouvoir venir à bout de cette épidémie. Elles précisent d'ailleurs que d'autres "quantités seront livrées dans la réserve ce mois-ci et tout au long de 2021 et au-delà". Le niveau de doses recommandé est de 500000 pour la réserve d'urgence de vaccins contre ebola.

Comme il le fait déjà pour les vaccins contre le choléra, la méningite et la fièvre jaune, l'UNICEF va gérer cette réserve mondiale de vaccins contre Ebola.

"Nous sommes fiers de participer à cet effort sans précédent pour contribuer à maîtriser rapidement les éventuelles épidémies d'Ebola", a déclaré Henrietta Fore, directrice générale d'UNICEF. "Cette réserve de vaccins contre le virus Ebola est une réalisation remarquable, qui nous permettra de fournir des vaccins à ceux qui en ont le plus besoin le plus rapidement possible".

Comme les épidémies d'Ebola sont relativement rares et imprévisibles, il n'existe pas de marché naturel pour le vaccin.

Les stocks de ce vaccin sont gérés par le fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Le stock de vaccins contre Ebola comprendra des doses produites par la société pharmaceutique américaine Merck. Pour rappel, ce vaccin est préqualifié par l'OMS en novembre 2019, homologué dans la foulée par les principales agences sanitaires.

"Il s'agit d'une étape importante". "Au cours de la dernière décennie seulement, nous avons vu Ebola dévaster les communautés d'Afrique de l'Ouest et centrale, frappant toujours les plus pauvres et les plus vulnérables les plus durement", a-t-il déclaré.

Avant d'être homologué, le vaccin a été administré à plus de 350.000 personnes en Guinée et lors des épidémies d'Ebola de 2018-2020 en République démocratique du Congo (RDC), dans le cadre d'un protocole d'"utilisation à titre humanitaire ".

L'épidémie d'Ebola a fait des ravages dans plusieurs pays et particulièrement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

L'épidémie avait fait plus de 11.300 morts sur près de 29.000 cas enregistrés, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui avait déclaré la fin de cette épidémie en mars 2016.

Dernières nouvelles