Les livraisons pour l’UE retardées pour "3 à 4 semaines" — Vaccin Pfizer

Des fioles vides du vaccin Pfizer  BioNTech contre le Covid-19 à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 8 janvier 2021

Des fioles vides du vaccin Pfizer BioNTech contre le Covid-19 à l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, le 8 janvier 2021

Les modifications à effectuer dans la structure de production "nécessitent des approbations réglementaires supplémentaires" et il pourra y avoir en conséquence "des fluctuations dans les calendriers de commandes et de livraisons dans l'usine de Puurs (en Belgique, NDLR) dans un avenir proche pour nous permettre d'augmenter rapidement les volumes de production", est-il ajouté. Mais ces travaux de rénovation de l'usine située à Puurs, en Belgique, vont retarder la livraison de vaccins pendant " trois à quatre semaines ", selon le gouvernement allemand. Le laboratoire américain a confirmé aujourd'hui que ses livraisons de vaccins allaient ralentir fin janvier-début février pour l'Europe.

La Norvège avait plus tôt dans la journée annoncé qu'elle avait été avertie par Pfizer d'une réduction temporaire des livraisons.

Anita Anand a aussi dit croire que tous les pays qui reçoivent des vaccins de Pfizer-BioNTech fabriqués en Europe seront traités de façon équitable par la pharmaceutique.

"Pfizer travaille d'arrache-pied pour livrer plus de doses que prévu initialement cette année avec un nouvel objectif déclaré de 2 milliards de doses en 2021", a justifié le groupe dans un message transmis à l'AFP. Le patron de Pfizer "est personnellement impliqué pour réduire cette période de retards et s'assurer que ces délais seront rattrapés aussi vite que possible". La révision du calendrier interviendra "dès que la France connaîtra exactement le niveau des futures livraisons", a précisé l'exécutif, en affirmant toutefois que la France avait "anticipé d'éventuels retards" dans sa gestion des livraisons.

Ces contre-temps, qui ont déclenché le courroux de plusieurs pays européens, n'affecteront pas les Etats-Unis, a précisé le laboratoire américain.

Au final, en dépit de ce ralentissement des livraisons, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a assuré avoir eu la garantie de Pfizer que l'intégralité des doses attendues par l'UE au 1er trimestre seraient bien reçues. Dans une lettre commune, les ministres du Danemark, d'Estonie, de Finlande, de Lituanie, de Lettonie et de Suède dénoncent une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination".

Selon Geir Bukholm, un de ses hauts responsables, le FHI a été notifié de cette baisse de régime vendredi matin. L'Institut norvégien pour la santé publique dit désormais s'attendre à ne recevoir la semaine prochaine que 36.075 doses contre 43.875 escomptées auparavant, soit une baisse de 17,8 % pour le royaume scandinave.

L'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) et la Commission européenne ont pris immédiatement contact avec Pfizer, a indiqué M. Ramaekers.

Comment ont réagi les pays européens? Jeudi, 42.003 personnes avaient été vaccinées contre le Covid dans le pays, soit 0,78% de la population.

Dernières nouvelles