La répartition des vaccins Covid sera publiée "en toute transparence", promet Véran

Le ministre de la Santé Olivier Véran à Nancy mardi 19 janvier 2021

Le ministre de la Santé Olivier Véran à Nancy mardi 19 janvier 2021

Car la France reste sur un plateau élevé de contaminations et d'entrées à l'hôpital de patients atteints par le Covid-19, et la menace de la propagation du variant "VOC 202012/01", qui a submergé le système de santé britannique, se concrétise. D'après des projections de l'Inserm, ce variant pourrait devenir "dominant en France entre fin février et mi-mars".

Au lendemain d'une première soirée sous cloche, avec un couvre-feu avancé à 18H00 dans tout le pays, la France se prépare à élargir lundi la vaccination contre le Covid-19 pour tenter de gagner une rude bataille contre le virus qui a déjà fait plus de 70.000 morts.

Le couvre-feu national s'est ajouté à la fermeture des bars, restaurants et lieux culturels, en vigueur depuis la fin octobre, et sans perspective de réouverture dans l'immédiat.

Test de dépistage du COVID-19 au sein des marins-pompiers de Marseille, le 19 janvier 2021 à Marseille.

Comparaison des différentes manières de porter des masques pour filtrer au maximum les particules.

Le ministre de la Santé s'est également exprimé au sujet de la doctrine sur les masques, après de nouvelles recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), dictées par la menace du variant britannique du Covid-19.

En visite au siège de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, le ministre a aussi rappelé que cette vaccination se faisait à flux tendu, ce qui explique les attentes parfois déçues.

Un centre de vaccination à Nancy pour les plus de 75 ans
Un centre de vaccination à Nancy pour les plus de 75 ans

Aussi, les masques artisanaux en tissu fabriqués chez soi "n'offrent pas nécessairement toutes les garanties", a-t-il dit, précisant que restaient valides "tous les masques dont le pouvoir filtrant est supérieur à 90%", soit les masques industriels grand public de niveau 1 et les masques chirurgicaux.

Si le ministre a noté "un effet couvre-feu" dans les 15 départements où il est entré en vigueur plus tôt, depuis le 2 janvier, les entrées à l'hôpital connaissent dans l'immédiat une légère remontée, avec 1.995 arrivées mardi 19 janvier, contre 1.660 le mardi précédent, pour un total de 25.532 malades du COVID-19 hospitalisés (contre 24.263 au 1 janvier). Le gouvernement promet la transparence en réponse aux plaintes des élus locaux, qui disent manquer de doses dans leurs centres de vaccination.

Le ministre de la Santé promet également que le gouvernement va publier le nombre de doses de vaccin disponibles dans chaque centre et chaque département.

Objectif, montrer à la population "qu'il n'y a pas de stocks cachés ", a insisté Olivier Véran.

Cette semaine, 160.000 piqûres sont attendues dans ces maisons de retraite, dont 6.300 ont eu lieu lundi. Au micro de France Inter ce mardi 19 janvier, Olivier Véran a reconnu que celle-ci "prendra du temps, plusieurs semaines" alors que la prise de rendez-vous s'avère laborieuse sur les sites de santé.fr ou de doctolib en raison de l'afflux des demandes depuis lundi.

Lundi, la campagne va s'élargir aux personnes de plus de 75 ans ne vivant pas en Ehpad (5 millions de personnes), ainsi qu'à près de 800.000 personnes présentant des pathologies à "haut risque" (insuffisances rénales chroniques, cancer sous traitement.). Les autorités sanitaires ont d'autre part indiqué mardi que cinq décès de "personnes âgées ou très âgées avec des comorbidités", qui avaient reçu le vaccin Pfizer/BioNTech, ont été recensées à ce jour, sans qu'un lien soit établi à ce stade entre leur mort et une réaction au vaccin.

Dernières nouvelles