Premières vaccinations pour le Brésil

Covid-19: réunion en cours pour autoriser deux vaccins au Brésil

Lancement au Brésil de la vaccination contre le Covid-19 - Toute l'actualité de la Guadeloupe sur Internet

L'autorité de régulation des médicaments, Anvisa, a autorisé dimanche l'utilisation en urgence des vaccins développés par le chinois Sinovac Biotech et par le britannique AstraZeneca. Pour le moment, le pays de 212 millions d'habitants est doté de 6 millions de doses des vaccins.

"Après avoir entendu les gouverneurs, nous avons décidé de distribuer aujourd'hui-même les vaccins aux (27) Etats" de la fédération brésilienne, qui "pourront commencer à vacciner" immédiatement, a annoncé lundi matin le ministre de la Santé Eduardo Pazuello.

Le ministre s'exprimait après avoir rencontré des gouverneurs à l'aéroport de Guarulhos, près de Sao Paulo (sud-est), d'où ont commencé à partir 4,5 millions de doses de CoronaVac vers les différentes régions du pays, les 1,5 million restantes étant destinées à la population de l'Etat de Sao Paulo.

Le président Jair Bolsonaro, qui a affiché son scepticisme à l'égard de l'épidémie et qui a refusé de recevoir le vaccin, fait face à une pression croissante pour ordonner une campagne nationale de vaccination.

La pandémie fait des ravages à Manaus, la capitale de l'Etat d'Amazonas, qui a commencé vendredi à transférer des patients dans d'autres Etats, en raison de la surcharge de ses hôpitaux manquant cruellement d'oxygène.

Ce vaccin chinois est développé en partenariat avec l'Institut Butantan de Sao Paulo, tandis que le vaccin d'AstraZeneca/Oxford est produit à Bombay par le laboratoire Serum en partenariat avec la Fondation Fiocruz du ministère de la Santé brésilien.

C'est une infirmière de São Paulo âgée de 54 ans qui a été dimanche la première personne vaccinée contre le Covid-19 au Brésil.

De son côté, le gouvernement brésilien a réagi à ces premières vaccinations à Sao Paulo en parlant d'un "coup de marketing".

Lire aussi:Au Brésil, le vaccin chinois CoronaVac efficace à 50,38%.

L'institut Butantan a déposé lundi à l'Anvisa une demande d'usage d'urgence de 4,8 millions de doses supplémentaires qui nécessitent une autre autorisation parce qu'elles ont été mises en flacon au Brésil. Mais l'Inde, qui vient de lancer sa propre campagne, samedi 16 janvier, n'a pas encore donné suite.

Dernières nouvelles