Covid-19 : le variant anglais fait craindre un troisième confinement en France

Olivier Véran répondra aux questions relatives à la progression de l'épidémie un éventuel troisième confinement

Olivier Véran répondra aux questions relatives à la progression de l'épidémie un éventuel troisième confinement. MAXPPP- Alexandre MARCHI

En effet, les masques en tissus fabriqués à la maison ne permettent pas de filtrer suffisamment comme les chirurgicaux.

Les masques industriels en tissu les moins filtrants (dits "de catégorie 2") ne sont plus recommandés.

Les autorités sanitaires veulent inciter les Français à porter les masques les plus filtrants en raison de l'apparition de nouveaux variants plus contagieux que le coronavirus classique, détectés d'abord en Angleterre ou en Afrique du Sud.

En quelques heures, l'ambition vaccinale de la France a été revue à la hausse.

L'objectif est " d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août " en France " si la totalité des vaccins commandés sont validés par les autorités sanitaires européennes et mondiales " a aussi détaillé Olivier Véran, ajoutant qu'il espérait qu'1,3 à 1,4 million de personnes soient vaccinées à la fin du mois de janvier.

La direction générale de la Santé a fait état ce jeudi 21 janvier de 130.790 nouvelles vaccinations en 24 heures, ce qui en porte le total à 823.567. Il avait alors évoqué la cible de "15 millions de personnes vaccinées avant l'été", soit "une grosse partie de la population à risque de forme grave".

Pendant ce temps-là, le nombre de personnes infectées par le Covid-19 ne faiblit pas, avec 22 848 nouveaux cas enregistrés jeudi selon les données publiées sur le site du gouvernement. Si aucune nouvelle contrainte n'a été annoncée, le ministre est revenu sur les décisions prises en conseil de défense, mercredi à l'Elysée, tout en dressant un point sur la situation épidémique et en répondant à la polémique sur la pénurie de vaccins qui a obligé des centres de vaccination à fermer.

"On a vu qu'il y avait plutôt une baisse de la pression épidémique", dans les premiers départements où le couvre-feu à 18 heures a été instauré, rapporte-t-il.

"Nous pourrions être amenés à prendre des mesures supplémentaires", a déclaré le ministre de la Santé sur TF1.
"(.) C'est un facteur déterminant pour les jours, les semaines et les mois à venir, et je parle aussi en jours".

Dernières nouvelles