Pourquoi rallonger les délais entre deux doses

Dès ce lundi seules 54.300 doses de vaccin pourront être utilisées chaque semaine

Covid-19: la sixième dose du vaccin Pfizer crée la polémique

Les problèmes d'approvisionnement inquiètent donc particulièrement, d'autant plus que les résidents et le personnel des centres de soins sont supposés recevoir leur deuxième injection dans quelques semaines.

"Le nombre toujours important de contaminations et l'arrivée préoccupante de nouveaux variants appellent à une accélération de la vaccination pour faire face au risque de flambée de l'épidémie dans les prochaines semaines", alerte-t-elle, s'alignant sur les avis de l'Organisation mondiale de la Santé, de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et de Santé publique France. "Dans les essais cliniques, le délai d'administration entre les deux doses était de 3 ou 4 semaines, mais les résultats des essais de phase 3 pour les vaccins à ARNm, actuellement disponibles, montrent une efficacité du vaccin de Pfizer BioNtech qui débute à partir du 12e jour après la première dose et celle du vaccin de Moderna à partir du 14e jour après la première dose", précise l'avis.L'Autorité réaffirme toutefois que l'administration de la seconde dose est indispensable.

Plus de premières injections, certes, mais rappelons que les vaccinés ne sont pleinement protégés qu'à l'injection de la seconde dose.

Mais le gouvernement n'a pour l'instant décalé ce délai à plus de quatre semaines.

"Pour les Ehpad, on est resté à un intervalle de 21 jours parce que tout le système a été pensé comme ça en accompagnement très étroit avec les structures".

Pfizer a annoncé la semaine dernière un ralentissement de sa production pour modifier le processus de fabrication du vaccin, de façon à l'accélérer ensuite.

Selon la HAS, qui recommande de porter à 6 semaines le délai entre l'injection des deux doses de vaccin, cette mesure devrait permettre de vacciner au moins 700.000 personnes supplémentaires dès le premier mois de sa mise en place. Le laboratoire a en effet annoncé réduire les livraisons de son vaccin, car on peut extraire une sixième dose de chaque flacon, au lieu des cinq doses annoncées.

L'Île-de-France (202 420 doses), la Nouvelle Aquitaine (177 330) et l'Auvergne-Rhône-Alpes (168 515) sont les trois régions qui ont bénéficié du plus gros lot de doses à ce jour.

Dernières nouvelles