Stellantis. Nouveau géant de l’automobile

Stellantis : c'est officiel ! - Italpassion

Frédéric Barbier : “Stellantis, une union qui a tout bon ?”

En ce qui concerne également la division promue, par le nouveau groupe automobile, de ses marques, nous soulignons le positionnement de Maserati, comme seule marque de luxe de Stellantis, dirigée par Dacide Grasso, ainsi que pour l'union d'Opel / Vauxhall et de Peugeot, comme "Top Level Brands", dirigé par Michael Lohscheller, ancien patron d'Opel, et Linda Jackson, ancienne PDG de Citroën.

"Rendre les véhicules électriques abordables pour les classes moyennes sera l'enjeu des prochaines années", a souligné Carlos Tavares.

Pour M.Tavares, l'avenir de chaque marque sera tracé par elle-même.

Il n'exclut pas non plus le retour d'une marque comme Peugeot aux États-Unis, mais il préfère dans un premier temps "creuser le sillon" des marques qui s'y vendent bien, comme Chrysler, Dodge ou Jeep. La firme rejoindra Alfa Romeo et DS dans le pôle " premium " du groupe.

Sur ce dernier point, la Chine, Carlos Tavares a été très transparent, aujourd'hui, en indiquant que les résultats obtenus, là-bas, par le Groupe PSA, étaient loin d'être satisfaisants.

Avant de partir à la rencontre de ses nouvelles équipes à travers le monde, le directeur général de Stellantis a voulu les rassurer sur les conséquences sociales de ce mariage. "Je suis concentré, lucide et excité ", a-t-il rassuré lors de la conférence de presse.

Il devra notamment convaincre cette semaine les salariés transalpins du groupe: ils réclament des garanties pour l'emploi et un rôle plus fort de l'État italien, alors que l'État français détient 6,2% de Stellantis. Ainsi, un an après l'annonce de cet ambitieux projet, la fusion de PSA avec Fiat-Chrysler est désormais effective, propulsant le Groupe aux premiers rangs mondiaux du secteur automobile. L'Entreprise entend bien s'appuyer sur sa taille et les économies d'échelle pour investir dans des solutions de mobilité innovantes pour ses clients, et vise des synergies annuelles de plus de 5 milliards d'euros en rythme de croisière (achat investissement, utilisation optimisée des motorisations et des plateformes, mise en œuvre d'une R&D de pointe, production industrielle et équipements...).

Le DG de FCA "Mike Manley ne nous avait jamais rendu visite à l'usine".

Un groupe de travail s'attelle déjà à une des priorités du groupe, a souligné Carlos Tavares: en Chine, premier marché mondial, "les deux familles ne sont pas satisfaites de leurs performances" et on peut s'attendre à une "remise à plat complète de la stratégie du groupe" d'ici la fin 2021.

Dans le Royaume-Uni post-Brexit, le groupe devrait prendre des décisions importantes sur ses implantations "dans les prochaines semaines", a ajouté M. Tavares.

Dernières nouvelles