Le laboratoire AstraZeneca annonce une mauvaise nouvelle — Vaccin anti-Covid

Coronavirus Astra Zeneca annonce que les premières livraisons de vaccin seront plus limitées que prévu

Reuters

"En France, nous n'avons pas de retards de livraison de doses de Pfizer".

Les régulateurs de l'UE n'ont pas encore approuvé le vaccin, développé conjointement par AstraZeneca et l'université britannique d'Oxford, mais le bloc a pré-commandé jusqu'à 400 millions de doses, dont environ 80 millions devaient être livrées d'ici mars. Le plan de vaccination n'est pas remis en cause par les délais de livraison annoncés, a assuré samedi la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher sur l'antenne de France Inter.

La nouvelle du hoquet d'AstraZenca survient après que l'UE a déclaré qu'elle cherchait " clarification " de Pfizer pour de nouvelles réductions de ses livraisons, après avoir annoncé précédemment une baisse des livraisons dans le cadre de l'amélioration de la capacité de production en Belgique.

Parallèlement, la Commission devait dévoiler dans la journée un "mécanisme de transparence" selon lequel les entreprises pharmaceutiques auraient l'obligation de notifier aux autorités les acheminements vers des pays tiers des doses de vaccins produites sur le territoire européen, a indiqué à l'AFP un haut responsable bruxellois.

AstraZeneca a averti l'exécutif de l'UE qu'il y aurait des retards dans la livraison des vaccins Covid-19 au cours des trois premiers mois de l'année, incitant le commissaire à la santé du bloc à exprimer son "profond mécontentement". La Suède s'attend, elle, à environ 700.000 doses pour le premier mois suivant l'autorisation du vaccin, contre 1 million espérées. Après la baisse des livraisons attendue pour le vaccin Pfizer-BioNTech, la campagne vaccinale en Europe pourrait connaître un nouveau coup de frein.

" La réduction de 20 % des fournitures de vaccins Pfizer n'est pas une estimation, mais une triste certitude", a-t-il déclaré, martelant que le droit à la santé des Italiens n'est pas " négociable ".

"S'agissant d'AstraZeneca, ils nous indiquent avoir une difficulté sur une usine donc je leur ai proposé de travailler à trouver des solutions, peut-être en allant chercher d'autres usines pour produire et ils nous disent 'On préfère concentrer nos équipes sur cette usine pour passer ce cap difficile'", a-t-elle fait savoir. Il est également plus facile à stocker et transporter, en particulier que celui de Pfizer/BioNTech qui doit être conservé à de très basses températures (-70 °C).

Dernières nouvelles