Pas d'allongement du délai entre les deux doses Pfizer-BioNTech — Vaccination

FRANCE-PRESSE Un passager porte un masque protecteur FFP2 dans le métro à Vienne en Autriche

FRANCE-PRESSE Un passager porte un masque protecteur FFP2 dans le métro à Vienne en Autriche

Selon la HAS, l'allongement du délai d'injection entre les deux doses permettrait d'"accélérer l'administration de la première dose aux personnes les plus vulnérables", soit au moins 700.000 personnes supplémentaires "qui seraient protégées par le vaccin" sur le premier mois d'application de cette mesure.

L'Agence du médicament (ANSM) avait elle aussi jugé le 7 janvier qu'allonger l'intervalle à six semaines pouvait " être envisagé ".

"Il est possible sans risque et sans perte d'efficacité de différer la 2e injection du vaccin" Pfizer-BioNTech "jusqu'à six semaines au lieu de trois", avait d'ailleurs assuré Olivier Véran après cette annonce.

Le délai entre les deux doses du vaccin Pfizer / BioNtech sera ainsi maintenu entre 21 et 28 jours. Même si la question est jugée "légitime" par le ministre, la priorité est donnée à la sécurité. Un report n'aurait qu'un "impact mineur sur le rythme des vaccinations", a-t-il renchéri. Mais ce gain se perdrait dans les semaines suivantes lors de l'injection de la deuxième dose: "fin mars, début avril, in fine, le nombre de personnes vaccinées serait le même", a expliqué Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

"Nous n'avons aucune information disponible sur l'efficacité dans la durée d'une première dose", a aussi souligné l'immunologue. Selon un article publié le 22 janvier par la revue médicale BMJ, de premiers bilans de la campagne de vaccination en Israël laissent craindre que la protection conférée par la première dose soit inférieure à ce qu'avaient montré les essais cliniques (33 % contre 52 %), en tout cas pour les plus de 60 ans.

"Personnellement je ne suis pas pour l'agrandissement de ce délai", avait justement déclaré dimanche l'infectiologue Karine Lacombe.

Les délais pour obtenir un rendez-vous ne cessant de s'allonger, Salam Moubarak, docteur à l'Institut national des sciences appliquées de Lyon et son collègue Maciej Kowalski de la start-up Omni Calculator, ont mis au point "calculateur de queue" gratuit.

Dernières nouvelles