YouTube suspend Trump indéfiniment, empêche Giuliani de monétiser ses vidéos

Etats-Unis : You Tube suspend la monétisation des vidéos de l’avocat de Trump Rudy Giuliani

L'ancien maire de New York a alimenté les théories complotistes soutenues par de nombreux proches de Donald Trump

Il ne peut plus publier de vidéos depuis le 12 janvier et les commentaires sont désactivés.

Donald Trump devra continuer à se passer de YouTube, jusqu'à nouvel ordre.

L'ancien président américain Donald Trump restera dans l'interdiction d'utiliser YouTube dans un avenir prévisible, a annoncé le service d'hébergement de vidéos, ajoutant qu'il imposait de nouvelles restrictions au compte de l'avocat de Trump Rudy Guiliani.

Aprés une premier fermeture du compte, à la suite des violents événements survenus au Capitole, le 06 janvier dernier, la plateforme a prolongé la suspension de la chaine YouTube du président américain sortant, à la veille de la cérémonie d'investiture du président Joe Biden. YouTube a déclaré avoir pris la décision après que Giuliani ait violé à plusieurs reprises sa politique interdisant les fausses allégations de fraude électorale présumée lors des élections présidentielles de 2020.

La plateforme de vidéos de Google a confirmé que la chaîne de Rudy Giuliani était temporairement suspendue du programme de "partenaires".

L'avocat, dont la chaîne compte environ 600.000 abonnés, n'a plus accès à certaines fonctionnalités et ne perçoit plus de revenus des ventes de publicités diffusées avant qu'une vidéo commence. Le site a précisé que les chaînes retirées du programme de monétisation pouvaient faire appel ou renvoyer une nouvelle candidature dans les trente jours, à condition que les problèmes en cause aient été résolus.

Il aurait alimenté les théories complotistes soutenues par de nombreux proches de Donald Trump, selon lesquelles le scrutin présidentiel a été truqué en faveur de Joe Biden. L'entreprise a attaqué en justice Rudy Giuliani pour diffamation, lundi, lui réclamant 1,3 milliard de dollars de dommages et intérêts pour avoir nui à sa réputation et mis en danger ses employés.

Dernières nouvelles