Covid-19 : les remontées mécaniques ne rouvriront pas en février

Les remontées mécaniques des stations de ski resteront fermées en février

Les remontées mécaniques des stations de ski resteront fermées en février. AFP- JEFF PACHOUD

Les professionnels du secteur de la montagne ont obtenu quelques réponses à leurs très nombreuses questions des dernières semaines, à l'issue d'une réunion en visioconférence avec le Premier ministre Jean Castex, qui s'est déroulée à partir de 17 heures ce lundi. Pour aider le secteur de la montagne à passer un "choc sans précédent", les aides versées par l'État seront renforcées.

La fermeture des remontées mécaniques empêche de pratiquer le ski alpin mais les amateurs de neige peuvent faire du ski de fond, des randonnées en raquettes ou de la luge. Et les aides vont être substantiellement renforcées pour aider le secteur à passer un "choc sans précédent", a annoncé le gouvernement lundi soir.

"L'évolution de la situation sanitaire ne nous permet pas à ce stade de rouvrir les remontées mécaniques", a justifié l'entourage du Premier ministre, estimant qu'il n'y avait "pas de tendance à la réouverture générale" dans les autres pays européens.

En effet, aucune date de réouverture n'a été fixée, laissant la possibilité, dans le cas où la situation sanitaire s'améliorerait, de refaire marcher les remontées mécaniques lors des mois de mars et d'avril.

"On va monter à cinq, six, sept milliards, le compteur continue de tourner, c'est ce qu'il faut faire pour donner un avenir à la montagne française", a dit à la presse le secrétaire d'Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. Ce fonds verse une compensation de 20% du chiffre d'affaires, dans la limite de 200.000 euros, aux entreprises frappées indirectement par les fermetures administratives liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19, si elles ont perdu 70% de leur chiffre d'affaires.

"Le gouvernement a tenu ses engagements", s'est félicité Jean-Luc Boch, le président de l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM), saluant un "dispositif de compensations à la hauteur".

Dominique Marcel, PDG de Compagnie des Alpes qui gère une dizaine de stations, "apprécie la mobilisation du gouvernement", à la hauteur du "tsunami" qui frappe le secteur.

Après avoir patienté plusieurs jours, les stations de ski vont désormais devoir attendre plusieurs semaines avant d'en savoir plus sur la fin de saison.

Dernières nouvelles