Covid-19 - Après Nice, nouvelles restrictions à Dunkerque ?

Dunkerque

Confinement à Dunkerque et dans sa région dès ce week-end CC BY 3.0 Velvet L'hôtel de ville de Dunkerque vu du port de plaisance

"Restez chez vous": c'est le mot d'ordre qu'ont reçu les habitants des villes côtières des Alpes-Maritimes pour les deux prochains week-ends au moins, en plus du couvre-feu en semaine. Une situation qui justifie la mise en place d'un confinement le week-end, a expliqué Olivier Véran dans une conférence de presse ce 24 février en fin d'après-midi.

Dans cette agglomération de 250.000 habitants dont "un sur cent tombe malade chaque semaine", les déplacements le week-end ne seront possibles que pour certains motifs, les magasins non alimentaires fermés, et les dix plus grands centres commerciaux ne fonctionneront plus qu'en "cliquez-emportez", a précisé sur place le ministre de la Santé, Olivier Véran. Taux d'incidence, occupation en réanimation, évolution du variant.

Après une réunion entre les 22 maires de la Communauté urbaine de Dunkerque (environ 200000 habitants), son président Patrice Vergriete (DVG) a proposé, lui, une "immense campagne de prévention autour du slogan 'zéro rassemblement, zéro regroupement'", auprès des familles et des entreprises pour accroître le télétravail, mais pas de reconfinement. "Le port du masque devient aussi obligatoire".

Mais l'exécutif avait alors décliné leur demande de fermeture anticipée d'une semaine des collègues et lycées, avant les vacances, suscitant des critiques du maire, qui salue désormais le dialogue mené avec le gouvernement.

" Tous nos efforts doivent se poursuivre " pour " éviter d'avoir à décider d'un nouveau confinement national ", a-t-il encore dit.

Le Premier ministre, Jean Castex, prendra la parole en ce sens ce jeudi. Selon le site Covid Tracker, les départementaux où le taux d'incidence de la pandémie est le plus fort se trouvent dans les Hauts-de-France (Nord, Pas-de-Calais, Somme, Oise) mais aussi en Ile-de-France, avec Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne principalement, puis la Moselle à l'Est, et au Sud le Var et les Bouches-du-Rhône, en plus des Alpes-Maritimes. Elle devrait porter sur la situation sanitaire et plus particulièrement "des départements qui sont dans le rouge" et où un travail de concertation préfet/élus devrait être initié.

Depuis le début de l'épidémie, la COVID-19 a fait 85 070 décès en France, selon les derniers chiffres des autorités de santé.

La progression de la campagne de vaccination contre la COVID-19 en France ne permettra pas, sans restrictions supplémentaires, d'éviter un bond des hospitalisations à un niveau supérieur au pic de la première vague, estime une étude de l'Institut Pasteur publiée mercredi.

Dernières nouvelles