Le rapport tant attendu de la CIA — Affaire Khashoggi

Le prince héritier d’Arabie Saoudite subit avec succès une opération chirurgicale

Joe Biden va publier le rapport de la CIA sur l’assassinat de Khashoggi

Le gouvernement américain a d'ores et déjà prévenu que Joe Biden entendait " recalibrer " sa relation avec Ryad, en ne parlant qu'au roi et non au prince, interlocuteur privilégié de Donald Trump, et en mettant l'accent sur les droits humains.

Jamal Khashoggi, résident aux Etats-Unis et chroniqueur du quotidien Washington Post, critique du pouvoir saoudien, avait été assassiné en 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul (Turquie) par des agents saoudiens.

Les deux dirigeants ont discuté du Yémen et des efforts pour mettre fin à la guerre là-bas, soulignant que les États-Unis continueront à fournir un soutien militaire "pour aider Arabie Saoudite défendre son territoire contre les attaques de groupes alignés sur l'Iran ".

D'après le rapport, c'est MBS qui a approuvé le plan afin de capturer et assassiner le journaliste qui se rendait au consulat saoudien à Istanbul.

Alors que les services de renseignement américains ont affirmé ce 26 février que Mohammed ben Salman était derrière l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, Washington a annoncé des sanctions en matière de visas contre des Saoudiens "directement engagés dans de sérieuses actions extraterritoriales contre des dissidents".

Et l'ex-président républicain n'avait jamais voulu blâmer publiquement Mohammed ben Salmane, pour préserver l'alliance avec Riyad, pilier de sa stratégie anti-Iran, premier exportateur mondial de pétrole brut et gros acheteur d'armes américaines.

Néanmoins, l'administration de Donald Trump, par le biais du secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, avait déclaré que le rapport de la CIA ne contenait pas d'éléments impliquant le prince héritier dans l'affaire. Et l'Administration Biden n'entend pas s'en tenir là.

Il y aura une série de mesures sur la table, a expliqué pour sa part la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, sans plus de précisions.

La directrice du renseignement Avril Haines a déclaré que la publication du rapport aura lieu prochainement.

Ces mesures sont annoncées dans la foulée de la publication du rapport des services de renseignement américains accusant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane d'avoir " validé " l'assassinat de Jamal Khashoggi.

Il s'agit d'un crime, comme je l'ai déjà dit, qui a choqué les consciences.

"Le gouvernement d'Arabie saoudite rejette totalement les conclusions fausses et préjudiciables contenues dans le rapport concernant la direction du royaume et ne peut les accepter en aucun cas (.)", a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Dernières nouvelles