Covid-19 : Plusieurs pays européens suspendent le vaccin AstraZeneca

Coronavirus l’Italie restreint aussi l’utilisation du vaccin AstraZeneca

Coronavirus : le Danemark suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca après des troubles de coagulation

Quatre autres pays de l'Union européenne - Estonie, Lettonie, Lituanie et Luxembourg - ont également interrompu les injections à partir de ce lot d'un million de doses distribué à 17 pays européens. Ce jeudi, ces pays ont suspendu jusqu'à nouvel ordre l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 à cause de craintes liées à la formation de caillots sanguins (thrombose) chez des personnes vaccinées.

L'autorité sanitaire danoise a signalé qu'une personne dans le pays qui avait reçu le vaccin d'AstraZeneca est décédée à la suite de caillots sanguins.

Mercredi, l'Agence européenne des médicaments a déclaré que, jusqu'à présent, il n'existait pas de preuves liant le médicament d'AstraZeneca à un décès dû à un trouble de la coagulation et à une embolie pulmonaire signalés en Autriche chez des personnes vaccinées.

La décision danoise, qui a été suivie peu après du même choix en Islande, concerne, elle, temporairement l'ensemble de leurs vaccins AstraZeneca. "Nous attendons des informations pour voir s'il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillots sanguins".

Cette suspension sera réévaluée d'ici deux semaines, au Danemark, mais chamboule le calendrier de la campagne d'immunisation du pays, jusqu'ici une des plus rapides en Europe.

"Il est important de souligner que nous n'avons pas renoncé au vaccin AstraZeneca, mais que nous faisons une pause dans son utilisation ", a indiqué le directeur de l'agence danoise, Søren Brostrøm, cité dans le communiqué. Copenhague prévoit désormais d'avoir vacciné sa population adulte mi-août, contre début juillet annoncé précédemment, indique l'autorité sanitaire. Une enquête est en cours auprès de l'European Medicines Agency (EMA).

La Norvège et le Danemark rejoignent les pays à mettre en place des restrictions plus ou moins strictes à l'égard du vaccin AstraZeneca. "Nous devons clarifier cela avant de pouvoir continuer à utiliser le vaccin d'AstraZeneca", a expliqué Brostrøm. En date du 9 mars, vingt-deux cas de thrombose avaient été signalés pour plus de trois millions de personnes vaccinées dans l'Espace économique européen, selon l'agence européenne.

Le gouvernement britannique a défendu ce jeudi le vaccin développé par le laboratoire AstraZeneca, le jugeant "sûr" et "efficace" et assurant qu'il resterait utilisé au Royaume-Uni.

AstraZeneca a réagi en déclarant que la sécurité de son vaccin avait été examinée en détail lors d'essais cliniques et que les données examinées par la communauté scientifique avaient confirmé que le vaccin était en général bien toléré. "Nous avons été clairs sur le fait que (le vaccin) est à la fois sûr et efficace", a déclaré un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson à la presse, ajoutant: "Lorsque les gens sont invités à se présenter pour le recevoir, ils doivent le faire en toute confiance".

Dernières nouvelles