Le scénario de sa dernière journée — Mort d'Alisha

Alisha a été retrouvée morte dans la Seine

Alisha a été retrouvée morte dans la Seine

Le procureur de la République de Pontoise, Éric Corbaux, a également annoncé la mise en examen et la détention provisoire des deux adolescents de quinze ans soupçonnés d'avoir tué la victime.

Le procureur de la République de Pontoise, Éric Corbaux, tient une conférence de presse, ce mercredi 10 mars, deux jours après la mort d'une adolescente de 14 ans, Alisha, poussée dans la Seine à Argenteuil. "Elles auraient convenu de se voir le lundi 8 mars à la gare d'Argenteuil, puis elles se sont rendues sur le quai de Saint-Denis où elles avaient l'habitude d'aller", précise le procureur.

La scène s'est déroulée lundi après-midi à l'ombre du viaduc de l'autoroute A15, sur un chemin de terre à l'écart des habitations, entre la Seine et des voies de chemin de fer.

Quand ils se sont rencontrés à la rentrée de septembre 2020 au lycée professionnel Cognacq-Jay, un établissement privé et sans histoire du centre cette ville de 110.000 habitants, ce sont "trois amis au début", qui viennent "d'établissements différents, de parcours différents", explique le procureur. Ils n'avaient pas d'antécédent pénal. Les trois adolescents appartenaient à une section de Troisième préparant aux formations professionnelles.

Le conflit se serait envenimé avant les dernières vacances scolaires. La mère d'Alisha avait signalé au lycée que sa fille été harcelée, en février précise franceinfo.

Ce que l'on sait jusqu'ici, les deux suspects, un couple d'adolescents de 15 ans, faisaient l'objet d'une procédure disciplinaire pour harcèlement de la victime. Mais la relation "amicale" que les deux jeunes filles avaient conservée déplaisait à l'adolescent, qui se serait montré "très insatisfait" de leurs bons rapports.

Le contexte était tendu depuis plusieurs semaines, au point que les responsables du lycée professionnel Cognacq-Jay étaient au courant de la situation. Aucune plainte n'avait toutefois été déposée, ni de main courante.

Durant leur audition dans les locaux de la police judiciaire, les jeunes suspects "n'ont pas fait part non plus d'un remords immédiat", a lâché le procureur. "J'ai vendu mon fils", a témoigné, émue la mère du suspect sur Europe 1.

La jeune fille aurait alors conduit Alisha au niveau du Quai-Saint-Denis. Elle est décédée à cause des personnes, on peut dire des assassins, qui ont tué une fille qui était vraiment bien.

S'en sont suivi de longues secondes où Alisha a reçu des coups.

Plusieurs "coups de pied et de poing" dans le dos et à la tête auraient été portés à Alisha alors qu'elle était au sol, mais uniquement par le jeune homme. La jeune fille n'aurait pas donné de coup à ce stade des investigations. "La victime à ce moment-là était encore consciente, elle gémissait les yeux ouverts", selon le parquet. Le jeune homme et la jeune fille auraient alors attrappé la victime pour la jeter dans la Seine en contrebas du quai.

De fait, ils quittent rapidement le domicile et se rendent à Paris, où ils achètent de quoi manger, avant d'aller chez une connaissance qui n'était au courant de rien. La victime est morte noyée et la préméditation des faits a été retenue. Il n 'y a pas de fracture du crâne.

"Les deux mineurs ont été déférés cet après-midi au parquet de Pontoise pour une ouverture d'information pour des faits d'assassinat avec réquisition d'un mandat de dépôt", a conclut le procureur, expliquant que "ces faits sont passibles de 20 ans de prison en raison de l'excuse de minorité dont ils bénéficient, et qui pourrait être prononcé s'ils étaient déclarés coupables par le tribunal pour enfant, statuant aux criminels".

Dernières nouvelles