Sarah Everard : l’affaire du policier tueur secoue le Royaume-Uni

Les hommages se multiplient à Londres en mémoire de Sarah Everard

Abonnés

De vives critiques se sont abattues dimanche sur la police britannique après son intervention dans la capitale lors d'un hommage non autorisé à une jeune Londonienne, Sarah Everard, enlevée et tuée il y a dix jours.

Des heurts ont éclaté samedi en début de soirée entre des policiers et des personnes qui s'étaient rassemblées pour une veillée aux bougies ou aux lumières de téléphone portable. En fin de semaine, un policier a été inculpé d'enlèvement et de meurtre à Londres après l'identification du corps d'une jeune femme disparue depuis le 3 mars. Ces faits auraient eu lieu dans un fast-food londonien le 28 février, quelques jours avant la disparition de Sarah Everard.

"Faute d'engagement constructif de la part de la Metropolitan police, nous ne pouvons pas de bonne foi laisser l'événement de ce soir se tenir", a déclaré samedi matin dans un communiqué sur Twitter le mouvement "Reclaim these streets".

La ministre de l'Intérieur, Priti Patel, et le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ont exigé des explications de la part de la police sur sa gestion de l'événement.

"Elle se souvient de ce que c'était que de se promener dans Londres la nuit avant son mariage", a ajouté cette même source. Un agent de l'unité de la police de Londres chargée de la protection des représentations diplomatiques, Wayne Couzens, 48 ans, a été inculpé vendredi soir pour enlèvement et meurtre.

La police a remercié dans un communiqué les organisatrices d'avoir annulé l'événement, assurant que c'était la " bonne chose à faire " en raison de la pandémie. La découverte avait été faite dans un bois du Kent (sud-est de l'Angleterre). Le coronavirus y a fait plus de 125 000 morts, le plus lourd bilan en Europe. Elle est rentrée chez elle à Brixton, à environ 50 minutes de marche lorsqu'elle a disparu vers 21 heures 30, relate RTL.

Un mouvement féministe, Sisters Uncut, a appelé à manifester dimanche après-midi devant Scotland Yard.

Les organisatrices d'une manifestation en hommage à la jeune femme, avaient renoncé à maintenir l'événement prévu samedi à Londres face au refus de la police en raison des règles anticoronavirus.

À la place d'un hommage officiel, le mouvement " Reclaim these streets " s'est fixé pour objectif de recueillir 320 000 livres sterling (372 000 euros) pour des causes en faveur des femmes, correspondant à l'amende de 10 000 livres sterling (11 600 euros) encourue par les organisatrices multipliée par le nombre d'endroits où des événements devaient se tenir.

Dernières nouvelles