Uhuru Kenyatta décrète un deuil national — Décès de Magufuli

Président Magufuli

Président Magufuli

La vice-présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan devra assurer la succession du président John Magufuli, qui a rendu l'âme mercredi à l'âge de 61 ans, des suites de problèmes cardiaques.

John Magufuli, âgé de 61 ans, n'était pas apparu en public depuis le 27 février, absence qui avait alimenté des rumeurs selon lesquelles il aurait contracté le Covid-19. Elle a précisé qu'il souffrait de problèmes cardiaques depuis 10 ans.

"En sa qualité de président de l'EAC, U. Kenyatta a également ordonné aux drapeaux de l'EAC de voler en berne", apprend-t-on d'Africa24TV. Les défenseurs des droits humains dénoncent une dérive autoritaire, soulignent les difficultés rencontrées par les opposants, puis par la presse ainsi que la réduction des libertés individuelles. Sa réélection en octobre, dans un contexte de forte répression, avec 84,39% des voix avait été dénoncée par l'opposition comme une "imposture totale". Du nom de ceux qui ne croient pas en l'existence du coronavirus. Mais cette posture est devenue difficile à tenir lorsqu'en février la Tanzanie a connu une vague de décès, officiellement attribués à des pneumonies. Lors de la messe d'installation de Mgr Gervas Nyasionga, archevêque de Mbeya (sud-ouest), dimanche 28 avril 2019, le chef de l'État tanzanien avait surpris en collectant la quête. Le leader de l'opposition Tundu Lissu, en exil en Belgique, avait commencé comme d'autres à s'interroger, le disant atteint d'une forme sévère de Covid-19. Une information que l'AFP n'a pas été en mesure de vérifier.

Lundi, Mme Hassan avait elle-même appelé à ignorer les rumeurs, tout en suggérant que le président, sans le nommer, soit en effet malade.

Lewis, un jeune homme de 24 ans qui n'a pas souhaité donner son nom complet, a déclaré à l'AFP être "personnellement attristé" et avoir "perdu (son) leader". Il avait aussi demandé à ce que le pays arrête de diffuser ses statistiques sur le virus dès la fin du mois d'avril.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé sur Twitter être "désolé d'apprendre" le décès de M. Magufuli.

C'est le premier Président à mourir dans l'exercice de ses fonctions en Tanzanie.

Le département d'Etat américain a de son côté exprimé dans un communiqué ses "condoléances" aux Tanzaniens. Washington a dit "espérer que la Tanzanie pourra avancer sur un chemin démocratique et prospère".

"L'annonce de la mort de Magufuli va redessiner la politique tanzanienne".

Dernières nouvelles