La Chine sanctionne dix Européens — Ouïghours

Des femmes ouïghours manifestent le 8 mars 2021 à Paris

Des femmes ouïghours manifestent le 8 mars 2021 à Paris

Réunis à Bruxelles lundi, les ministres européens des Affaires étrangères ont, cette fois, choisi de joindre les actes à la parole concernant la répression dont est victime la minorité musulmane ouïgoure du Xinjiang.

La France, dénonçant des sanctions de Pékin à l'encontre de l'Union européenne, a convoqué l'ambassadeur chinois pour "des propos inacceptables" de la part de la Chine.

Les diplomates de l'UE semblent décidés à faire la promotion de ce nouveau cadre de sanctions qui leur permet de réagir beaucoup plus vite que naguère aux atteintes aux droits de l'homme observées dans un pays tiers. Le Royaume-Uni et le Canada ont adopté des mesures similaires, a fait savoir le ministre britannique des Affaires étrangères, avertissant Pékin que la communauté internationale ne "fermerait pas les yeux" sur des "violations aussi graves que systématiques". Egalement leurs avoirs détenus dans l'Union européenne seront gelés. Les Européens et leurs familles seront interdits de séjour en Chine, à Hong Kong ainsi qu'à Macao. Quatre fondations européennes sont également concernées, dont l'Alliance des démocraties, une institution danoise dirigée par l'ancien secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen.

L'eurodéputé français Raphaël Glucksmann (Renew-libéral), qui s'est engagé dans la défense des Ouïghours, s'est déclaré flatté par la décision des autorités chinoise. "J'apprends que je suis visé par les sanctions chinoises, banni du territoire chinois (ainsi que toute ma famille!) et interdit de tout contact avec les institutions officielles et entreprises chinoises pour ma défense du peuple Ouïghour: c'est ma légion d'honneur", a-t-il ironisé sur Twitter. Pékin a notamment été accusé de persécuter des musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang. L'eurodéputé avait également reproché à la communauté internationale de "consentir par son silence" au "pire crime contre l'humanité du XXIe siècle".

"Après la multiplication des propos inacceptables tenus publiquement par l'ambassade de Chine ces derniers jours, y compris sous la forme d'insultes et de menaces à l'encontre de parlementaires et d'un chercheur français, nous rappelons les règles élémentaires consacrées par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui s'attachent au fonctionnement d'une ambassade étrangère, notamment s'agissant de sa communication publique", a dit Agnès von der Mühll lors d'un point quotidien avec la presse. "Ces sanctions sont la preuve que la Chine est sensible aux pressions extérieures".

Le gouvernement canadien dénonce la détention arbitraire massive de plus d'un million de Ouïgours et d'autres minorités ethniques musulmanes en raison de leur religion et de leur appartenance ethnique, ainsi que la rééducation politique, le travail forcé, la torture et la stérilisation forcée. "Je tiens à souligner que les sanctions sont une confrontation". Le bras de fer ne fait que commencer.

Dernières nouvelles