Origine du Covid-19 : l’OMS rend ses conclusions définitives

Covid-19- L'OMS privilégie la transmission via un animal intermédiaire sans preuves

Origine du Covid-19 : les experts privilégient la thèse de l'animal 'intermédiaire

Le patron de l'OMS a réclamé mardi une nouvelle enquête sur l'hypothèse d'une fuite du virus d'un laboratoire en Chine pour expliquer l'origine de la pandémie de Covid-19, et critiqué le partage insuffisant des données par les Chinois lors de la mission des experts internationaux cet hiver.

La pandémie a fait au moins 2,79 millions de morts, selon un bilan établi mardi par l'AFP, quinze mois après la détection des premiers cas de Covid-19 fin décembre 2019 à Wuhan (Chine). Lundi, il rendait son rapport sur les origines de la maladie.

Mais le document ne manquera pas de faire rejaillir les accusations de complaisance de l'OMS à l'égard de la Chine, certains estimant notamment que les experts internationaux ont manqué de latitude pour travailler librement lors de leur séjour dans la ville chinoise.

Les auteurs du rapport ont jugé la transmission du virus à l'être humain par un animal intermédiaire non encore identifié "probable à très probable", tandis que l'hypothèse d'un incident de laboratoire est au contraire qualifiée d'"extrêmement improbable". L'étude conjointe des experts de l'agence onusienne et chinois a conclu que la transmission du virus à l'homme par un animal intermédiaire était "probable à très probable".

Origine du Covid-19 : les experts privilégient la thèse de l'animal 'intermédiaire
COVID-19 | L'OMS à la recherche de l'animal intermédiaire, l'Angleterre se déconfine

La possibilité d'une contamination de l'animal à l'homme sans un autre intermédiaire est également " possible à probable " selon le rapport. Ils n'écartent par ailleurs pas l'hypothèse d'une transmission par de la viande surgelée - piste privilégiée par Pékin -, jugeant ce scénario "possible". A en croire la recommandation qui a été faite, les études devront se poursuivre sur la base des différentes hypothèses sauf celles relative à une transmission suite à un accident de laboratoire.

Le document indique par ailleurs que les études de la chaîne d'approvisionnement du marché de Huanan (et d'autres marchés de Wuhan) n'ont pas permis de trouver " des éléments de preuves de la présence d'animaux infectés, mais l'analyse des chaînes d'approvisionnement a fourni des informations " utiles pour des études de suivi ciblées, notamment dans des régions voisines.

La fuite du virus d'un laboratoire est une hypothèse " extrêmement improbable " a précisé le rapport de l'organisme mondial chargé des questions sanitaires. Rappelons que cette théorie avait été entretenue par l'administration Trump qui accusait ouvertement l'Institut de virologie de Wuhan en Chine.

Leur mission, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, a eu du mal à se mettre en place, la Chine semblant très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l'épidémiologie, mais aussi la zoologie.

Dernières nouvelles