Jordanie: arrestations de proches de la famille royale

Jordanie Le Maroc apporte son soutien au Roi Abdallah II

La Jordanie arrête plusieurs hauts responsables lors d’une opération "de sécurité"

Bassem Awadallah, qui était chef de la Cour royale de 2007 à 2008, a été arrêté notamment avec Cherif Hassan ben Zaid, a déclaré une source de sécurité citée par Petra, sans préciser le nombre total de personnes arrêtées.

"Selon le Washington Post, le prince Hamza a été " placé sous restrictions " après " la découverte de ce que des responsables du palais ont décrit comme un complot complexe et de grande envergure ".

Les autorités en Jordanie ont procédé à l'arrestation d'une vingtaine de personnes et à l'assignation à résidence de l'ex-prince héritier et demi-frère du roi Abdallah pour menace à "la sécurité et la stabilité " du pays, rapporte ce samedi le journal américain The Washington Post.

"Ce qui a été publié sur les allégations concernant l'arrestation de son altesse le prince Hamza n'est pas vrai, mais il lui a été demandé de cesser les activités qui sont exploitées pour viser la sécurité et la stabilité de la Jordanie", a déclaré le chef de l'armée jordanienne, Yousef Huneiti. Un responsable jordanien, cité par la télévision d'Etat Al Mamlaka, a rejeté les informations de certains médias suggérant que le demi-frère du roi Abdallah et ancien prince héritier, Hamza, faisait partie des personnes arrêtées.

Hamza est le fils aîné de Hussein et de son épouse américaine, la reine Noor, née Lisa Halaby. Mais en 2004, Abdallah l'avait dépouillé du titre et l'avait donné à son fils aîné Hussein.

Les deux hommes ont été arrêtés à l'issue d'une " opération de sécurité", a indiqué la source.

Bassem Awadallah, ancien ministre des Finances et du Plan, était très proche du roi jordanien mais aussi une figure controversée en Jordanie.

Des alliés de la Jordanie ont vite apporté leur soutien samedi au roi Abdallah II. Les arrestations de hauts responsables et de membres de la famille royale sont rares en Jordanie. Celui-ci avait démissionné en 2008 après avoir été vivement critiqué pour son ingérence présumée dans des questions politiques et économiques controversées.

Un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger indique que "partant des liens spéciaux unissant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, et Son frère, Sa Majesté le Roi Abdallah II Ibn Al Hussein, le Royaume du Maroc "réitère sa solidarité entière avec le Royaume Hachémite de Jordanie". Le roi Abdallah est un partenaire clé des Etats-Unis, et il a tout notre soutien", a déclaré le porte-parole du Département d'Etat américain, Ned Price. Le 11 avril 1921, le roi Abdallah, dirigeant du nouvel État de Transjordanie, avait formé son premier gouvernement, après la création de l'émirat en mars 1921, aux côtés de la Palestine pendant le mandat britannique.

Dernières nouvelles